Black Lives Matter : Public Enemy, Beyoncé, DaBaby et Alicia Keys, quatre moments forts des BET Awards à revoir

Les violences policières et le racisme ont été au coeur de la cérémonie des BET Awards dimanche soir.

Le rappeur américain DaBaby rejoue la mort tragique de George Floyd sous le genou d\'un policier blanc, lors des BET Awards 2020.
Le rappeur américain DaBaby rejoue la mort tragique de George Floyd sous le genou d'un policier blanc, lors des BET Awards 2020. (YOUTUBE - BET NETWORKS)

La lutte pour la justice et contre le racisme systémique aux Etats-Unis a été au cœur, dimanche 28 juin, des BET Awards, une cérémonie annuelle de prix décernés par la chaîne américaine BET à des personnalités afro-américaines.

Les interventions et les performances de Beyoncé, du groupe Public Enemy, du rappeur DaBaby ou d'Alicia Keys, étaient toutes hantées par la mort par asphyxie de George Floyd sous le genou d’un policier blanc le 25 mai 2020 à Minneapolis, mais aussi par les dizaines de femmes et d’hommes noirs ayant perdu la vie ces dernières années aux mains de la police américaine.

La cérémonie, durant laquelle un BET Global Good a été décerné à la Française Assa Traoré, figure emblématique de la lutte contre les violences policières et le racisme depuis la mort de son frère Adama, était un mélange de performances pré-enregistrées et d’interventions virtuelles en raison de l’épidémie de coronavirus. 

Le rappeur DaBaby rejoue la mort de George Floyd

La plus impressionnante et la plus glaçante des performances a été celle de DaBaby. En hommage à George Floyd, le rappeur de Caroline du Nord a rejoué sa terrible agonie sous le genou d’un policier pour interpréter "un remix Black Lives Matter" de son récent hit Rockstar.

Chantant allongé sur le ventre avec un genou sur le cou, il a raconté en rimes sa propre expérience de brutalités policières. Dans la seconde partie de la chanson, on le voit entouré de manifestants, devant un car de police en flammes, puis un policier change de camp et lève le poing aux côtés des manifestants. La vidéo se referme sur une jeune fille brandissant une pancarte plaidant pour "plus d’amour".



Beyoncé reçoit un prix humanitaire décerné par Michelle Obama

C’est l’ex-Première Dame Michelle Obama qui a décerné le prix humanitaire à la chanteuse originaire de Houston (Texas) pour son activisme envers la communauté afro-américaine et ses initiatives caritatives. Dans son discours, Beyoncé a dédié son prix aux manifestants qui ont soutenu le mouvement Black Lives Matter en vue d’enrayer le racisme et les inagalités, et les a encouragés à continuer.

"Vos voix sont entendues et vous prouvez à vos ancêtres qu’ils ne se sont pas battus pour rien", a déclaré la chanteuse. Elle les a également invités à voter. "Je vous encourage à continuer à lutter (…) et à voter comme si votre vie en dépendait, parce que c’est le cas. Continuez à être le changement que vous voulez voir advenir." Retrouvez toute la séquence, y compris le speech de Michelle Obama et le discours de Beyoncé (à partir de 5 :16) ci-dessous.

Public Enemy actualise "Fight The Power" avec des invités

Le groupe de hip hop new yorkais militant Public Enemy a proposé en ouverture de la cérémonie une version actualisée de son inusable hit Fight The Power. Chuck D. et Flavor étaient épaulés pour l’occasion de Nas, Black Thought et Questlove des Roots, Rapsody et YG. Ces derniers ont rappelé les assassinats de Martin Luther King et de Malcolm X et ont réclamé justice pour les meurtres récents de George Floyd, Breonna Taylor et Rayshard Brooks.

Dans ses rimes, Nas a évoqué deux fois la France, d’abord au sujet d’Haïti, qui fut la première République noire indépendante au monde en 1804 après la défaite des troupes françaises de Rochambeau, puis pour dire qu’il aimait la France. Il a également rimé "It's the system I'm talkin', nobody's agreeing / They say, Suicide, when dead bodies are swinging / Cowards are huntin' black men, that's what I'm seeing" ("C’est du système dont le parle, personne n’est d’accord /Ils parlent de suicide quand des cadavres se balancent / Les lâches chassent les hommes noirs, c’est ce que je vois"). 



Alicia Keys interprète en live son nouveau titre "Perfect Way To Die"

En attendant la sortie de son nouvel album Alicia repoussé pour cause de pandémie, Alicia Keys égrenne les sorties de singles. Le tout dernier, Perfect way to die, dévoilé le 21 juin, parlait des violences policières racistes qui embrasent les Etats-Unis depuis la mort de George Floyd. Cette chanson, une ballade sobre au piano, lui a été inspirée par la mort de Mike Brown tué par la police à Ferguson en août 2014 ainsi que par le suicide en 2015 par pendaison à l'âge de 28 ans de l'activiste américaine Sandra Bland, alors qu'elle était emprisonnée pour une infraction mineure. 

Aux BET Award dimanche soir, Alicia Keys a interprété ce bouleversant Perfect way to die en live pour la première fois, seule derrière son piano, dans une mise en scène nocturne filmée dans les rues désertes de New York.