"Entre la pierre et la plume" : IAM revient sur 30 ans de carrière dans son premier livre

Le mythique groupe marseillais, précurseur du rap en France, ne s'était jamais raconté dans un livre. C'est désormais chose faite. "Entre la pierre et la plume" balaye plus de 30 années de création. Le récit n'est pas linéaire et suit une série de thématiques : famille, cinéma, religion et bien sûr hip-hop.

Article rédigé par
Alexandre Le Quéré - franceinfo Culture
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Akhenaton et Surik'n du groupe IAM dans la gallerie Wall Works à Paris, en octobre 2020. (Alexandre Le Quéré)

Des maisons d'édition leur avaient proposé de se raconter mais ils n'avaient jamais pris le temps de le faire. Après 32 ans de carrière, 10 albums studio et des milliers de concerts, le journaliste Baptiste Bouthier a fini par les convaincre. Mais le livre qui vient de sortir chez Stock n'a rien d'une biographie. Les cinq membres du groupe n'ont pas choisi de raconter leur histoire comme tout le monde. En un peu plus de 250 pages, Akhenaton, Shurik'n, Kheops, Imhotep et Kephren explorent différentes thématiques : leur façon de travailler, leurs rapports d'amitié, leur amour pour l'Egypte ancienne et leur vision du monde... 

Pas de grande révélation ni d'anecdotes vachardes, pas de clash ni d'ego trip dans Entre la pierre et la plume, simplement le récit à cinq voix d'une aventure incroyable. A la fin des années 1980, des post-adolescents marseillais fans de hip-hop new-yorkais enregistrent dans leur coin leurs premiers morceaux sur cassette. En 1993, alors qu'IAM sort son troisième album, Ombre est lumière, un morceau attire l'attention du grand public : Je danse le mia. Le succès leur permet de devenir un des visages du rap français. 

En France, le hip-hop des années 1990 s'écrit en lettres capitales :  IAM d'un côté, NTM de l'autre. Si les franciliens aiment le bruit et la fureur, IAM s'épanouit dans l'ombre. Et 32 ans après leurs débuts, ils restent soudés. Il y a eu des remous, des départs (celui de Freeman est évoqué dans le livre), une traversée du désert, mais jamais de séparation.

Au contact des plus jeunes

A cinquante ans passé, Akhenaton et Shurik'n ne sont pas dépassés. En témoigne leur implication dans le projet 13 organisé du rappeur Jul. Les deux plumes d'IAM font figure de parrains pour ce projet qui fédère une soixantaine d'artistes marseillais et affole les compteurs. La rencontre s'est faite très simplement, selon Akhenaton : "La nouvelle génération, contrairement à ce qu'on pense, est très ouverte d'esprit. On est nés d'un rap d'opposition. Eux ont plus de facilité à aller vers les anciens et leurs dire qu'ils aimeraient faire telle ou telle chose. C'est valable pour Jul, mais aussi pour d'autres comme Bigflo et Oli."

Le titre Je suis Marseille, à la sonorité très old school, s'inscrit naturellement dans la lignée du classique Bad boys de Marseille, sorti il y a 25 ans. Il faut croire qu'Akhenaton et Shurik'n ont le chic pour produire des hymnes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.