"Le rock’n’roll m’a sauvé la vie" : Angus Young d’AC/DC déterminé à continuer l’aventure du groupe malgré les coups durs

Dans une interview accordée à France Télévisions, le leader du groupe de rock australien Angus Young raconte comment leur nouvel album inespéré "Pwr Up", dédié à son frère disparu Malcolm, a vu le jour. Sourire aux lèvres, il déploie la même énergie juvénile qu’à ses débuts et se montre déterminé à continuer à faire du rock’n’roll, meilleur refuge face à toutes les tragédies.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
Angus Young, fondateur et guitariste d'AC/DC, sur scène le 17 septembre 2016 à Washington (Etats-Unis) durant le Rock or Bust Tour. (PAUL MORIGI / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

Ils ont rebranché le courant, mis les doigts dans la prise, et sont de retour avec un nouvel album Pwr Up, comme si de rien n’était. Pourtant, depuis la fin de la tournée d’AC/DC en 2016, les nuages sombres s’accumulaient dangereusement dans le ciel du groupe australien, menaçant sérieusement son avenir. Au premier chef, la mort en 2017 de Malcolm Young, fondateur et guitariste rythmique, après quatre ans d’un rude combat contre la démence, avait semblé barrer définitivement l’horizon de noir.

Cette tragique disparition survenait en effet après une série de tuiles et de coups durs : le chanteur Brian Johnson, 73 ans, souffrant de graves problèmes d’audition, avait dû être remplacé (par Axl Rose de Guns’n’Roses) pour les 23 dernières dates de la tournée et le bassiste Cliff Williams, 70 ans, épuisé par ces longues semaines sur la route, avait annoncé qu’il prenait sa retraite. Quant au batteur Phil Rudd, 66 ans, il était assigné à résidence pour menaces de mort et possession de stupéfiants et avait été remplacé sur la tournée par Chris Slade.

La pile électrique Angus Young a remis le groupe sur pied

C’était sans compter le benjamin et figure de proue d’AC/DC, Angus Young. A 65 ans, le guitariste à l'éternel costume d’écolier en culottes courtes n’a rien perdu de son énergie et est toujours prêt à rallumer la mèche, y compris dans l’adversité. "J’ai toujours pensé, comme mes frères (Malcolm et George, tous deux musiciens et morts en 2017), que dans les moments difficiles, c’est la musique qui nous fait continuer", explique Angus Young dans une interview accordée à France Télévisions.

A chaque crise, on se replonge dans le travail en espérant que cela nous permettra de surmonter les soucis. Il y a un dicton qui dit : si jamais tu dois traverser l'enfer, ne t'arrêtes jamais, continue.

Angus Young

à France Télévisions

Le sujet de Jean Chamoulaud avec des extraits de l'interview d'Angus Young

Des chansons co-écrites par Malcolm Young

Il suffit de voir l’étincelle allumer son regard lorsqu’il parle de rock’n’roll : Angus Young est toujours mû par le même désir adolescent qu’aux débuts d’AC/DC en 1973 : brancher la guitare et faire le plus de boucan possible. "Le rock’n’roll m’a sauvé la vie. J’aime ce que je fais. Quand nous avons commencé, je voulais avant tout jouer de la guitare. Cela me donnait de l’énergie", se souvient-il, sourire jusqu’aux oreilles. "C’est la même motivation aujourd’hui. Je me dis : je suis petit en taille mais avec ma guitare je fais beaucoup de bruit."

C’est donc lui qui a remis le groupe en ordre de bataille. "Après la dernière tournée, je ne savais pas ce que le groupe allait faire", raconte-t-il. "Comme j’avais du temps, je me suis penché sur toutes les chansons composées avec mon frère Malcolm, notamment pour Black Ice (2008). Nous en avions pas mal parce que nous en faisions énormément à chaque album, et bien qu’elles aient été mises de côté c’était toutes de bonnes chansons." 

Ce projet est dédié à Malcolm et je suis heureux parce que je sais que ce sont des chansons qu’il aimait vraiment et elles vont enfin être écoutées par le public.

Angus Young

à France Télévisions

Il n’a pas eu besoin de convaincre longtemps les autres membres de rebrancher l’électricité : tous sont remontés à bord comme un seul homme. "Ça fait vraiment plaisir d’avoir Phil, Cliff et mon neveu Stevie (qui remplace Malcolm Young depuis 2014) à bord. Brian (victime d’une grave perte auditive) a travaillé avec des spécialistes de l’audition, il a bénéficié de technologies très pointues dans ce domaine et nous tenait informé de ses progrès. Alors quand on l’a contacté pour l’album il a dit oui avec enthousiasme. On était tous très excités et motivés à l’idée de sortir cet album. Pour moi, c’est le plus grand des plaisirs." 

Le sujet d'Eric Cornet, un portrait d'AC/DC

France 2

Un enregistrement au complet "très fun"

En studio, où ils avaient été aperçus au grand complet dès l’été 2018 à Vancouver, AC/DC s’est remis naturellement au travail sous la houlette du producteur Brendan O’Brien avec lequel "nous avons travaillé dur". Le feeling était intact, selon Angus. Les séances étaient "très fun. Tout le monde était motivé. Et c’est particulièrement excitant en live car tout le monde est à son meilleur." Avec cet album survolté, le groupe repart pied au plancher avec des titres endiablés et montre à la fois qu’il n’a pas dit son dernier mot et que le rock n’est pas mort. "Rien que le titre Power Up, comme le nom AC/DC, c’est la puissance électrique", souligne Angus. "Les fans savent que c’est ce que nous sommes sur scène et en studio." 

Les fans, cette famille, ce "sixième membre du groupe", comme ils disent, n’attendent aujourd’hui qu’une chose : aller les applaudir et se prendre une bonne suée en concert. Alors, cap sur une tournée ? "Quand nous faisons un album c’est pour monter sur scène et je pense que ces nouvelles chansons seront bonnes en concert", assure Angus Young, cette bête de scène certifiée depuis plus de quatre décennies.

Des concerts en suspens

"Nous avons répété au début de l’année, nous espérions faire quelques concerts. Brian voulait tester en condition réelle ce que ça donnerait avec cette technologie d’audition et il se trouve qu’il était aux anges. Nous avons donc répété durant plusieurs semaines, y compris ces nouvelles chansons, car nous pensions faire d’abord quelques dates. Mais au moment où nous avons fait un break en rentrant chacun chez nous, le virus du Covid-19 est arrivé, mettant un coup d’arrêt à nos projets. Nous espérons maintenant que la pandémie sera résolue rapidement parce que nous avons hâte de repartir jouer du rock’n’roll. Je suis même prêt à venir jouer en France. Entre temps, vous pouvez écouter Pwr Up pour échapper un peu à ce truc".

Alors oui, le 17e album studio de ces patrons du rock est une renaissance inespérée, une sorte de miracle. Mais ne vous avisez pas de penser pour autant que Pwr Up est le chant du cygne d’AC/DC. Angus Young a bien l’intention de fêter dignement les 50 ans du groupe sur scène. Et ça ce sera pour 2023… D’ici là, on croise les doigts et on branche le courant. Power up ! 

L'album "Pwr Up" d'AC/DC est sorti vendredi 13 novembre 2020

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.