Cet article date de plus de deux ans.

Murray Head et Gauvain Sers multiplient les énergies aux Nuits de la guitare de Patrimonio

Plus de 40 ans les séparent mais ils ont tous les deux embrasé le festival corse. Murray Head et Gauvain Sers ont ouvert la trentième édition des Nuits de la guitare de Patrimonio. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Murray Head en concert (©VINCENT VOEGTLIN / MAXPPP)

One Night in Bangkok, "Say It Ain't So Joe"... Murray Head a inauguré le festival des Nuits de la guitare de Patrimonio en déroulant les succès de son répertoire pour le plus grand plaisir du public. 

Murray Head en ouverture des Nuits de la guitare

Murray Head, jamais blasé

A 73 ans, le chanteur britannique a conservé la même envie de vivre ses concerts en communion avec le public. "C'est une énergie partagée, ça vient d'eux. Ils sont en masse et mettent leurs meilleures pensées vers moi et je ne dois pas les décevoir", nous confie-t-il.

Juché sur les épaules des vigiles, il déambule dans la foule des Nuits de la guitare tout en chantant son célèbre tube One night in Bangkok. Le public en redemande. "Il a une aura énorme, il est sympa, il joue avec le public", savoure un spectateur ravi. 

Gauvain Sers n'oublie pas "Les oubliés" 

Autre moment de partage sous les étoiles du ciel corse, le concert de Gauvain Sers. Le jeune chanteur originaire de la Creuse a interprété pour le public de Patrimonio les titres de son dernier album. Parmi eux Les oubliés, un texte qui raconte la désertification scolaire en milieu rural. "C'est un professeur qui m'a écrit pour me parler de son école menacée de fermeture, ça m'a beaucoup touché parce que moi aussi j'ai grandi dans ce genre d'école et j'avais envie de pointer du doigt cette injustice", raconte le musicien. 

Les Nuits de la Guitare se poursuivent à Patrimonio jusqu'au 27 juillet avec au programme Hubert-Félix Thiéfaine, Thomas Dutronc, Glenn Hughes, The Stranglers...

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Culture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.