Un voyage en images dans l'univers torturé et captivant d'Alexander McQueen

Ce premier livre français consacré à Lee Alexander McQueen est une rétrospective du travail avant-gardiste de ce designer londonien disparu en 2010. Découvrez ce qui nourrissait l’imaginaire de ce créateur, considéré comme l’un des plus grands couturiers au monde, à travers des anecdotes et des photographies de ses défilés-spectacles..

Art + Commerce, Sølve Sundsbø
110
Avec sa coiffure en algues et ses écailles brillantes en émail vert et bleu, le mannequin incarne la fille de Poséidon. Photographie de Josh Olins (2010). Organisé de façon chronologique, ce livre signé Judith Watt (Editions Eyrolles) permet de suivre l’ascension du créateur à travers chacune de ses collections, depuis ses débuts d’étudiant jusqu’à sa ligne automne-hiver 2010-2011 « Angels and demons » dévoilée par Gucci après sa mort. Art + Commerce, Sølve Sundsbø
210
Célèbres par leur côté provocateur, ses défilés -toujours fondés sur des éléments autobiographiques et influencés par ce qu’il avait vécu ou ce qui l’avait passionné- étaient de véritables performances. Ses origines écossaises lui ont inspiré la robe tartan à bustier corset, son expérience au sein de Savile Row le pantalon « bumster » qui allonge le buste et raccourcit les jambes, sa passion pour l’ornithologie et l’eau les collections "Irere" ou "Eclect Dissect".Art + Commerce, Sølve Sundsbø
310
Entre extravagance et classicisme, noirceur et lumière, ses créations ont introduit, au début des années 1990, une nouveauté alors que la féminité diaphane était bien enracinée : elles ont relancé les redingotes, démocratisé les pantalons à taille très basse, donné des références à la mode masculine et expérimenté la silhouette, jouant sur les proportions, accentuant les formes à partir de la taille.Art + Commerce, Sølve Sundsbø
410
Cet ouvrage donne vie au milieu artistique foisonnant dans lequel le talent de Mc Queen s’est épanoui, à travers des témoignages du modiste Philip Treacy du créateur de bijoux Shaun Leane ou de la styliste Katy England. Il offre aussi une vue sur une vie marquée par des amitiés : Isabella Blow, Daphne Guinness ou son égérie Kate Moss.Art + Commerce, Craig McDean
510
Pour ressembler aux poupées hybrides suggérées par le titre de la collection, sa marche était volontairement rendue difficile. Pour le public et la presse, la référence à l’esclavage fut claire. Catwalking.com
610
En combinaison de soie à col châle, manches et jambes en dentelle, collier-spirale birman et coiffure en cornes postiches ornées d’éclats de cristal.
 Catwalking.com
710
Sur cette robe édouardienne au col montant style reine Alexandra, la modernité est apportée par le traitement décoloré du jean, vieilli et barbouillé de rouge, pour évoquer la terre d’Afrique et l’allure des femmes missionnaires d’Afrique de l’Ouest.Art + Commerce, Craig McDean
810
Un décolleté « entonnoir », un corset baleiné et une structure « bertha » des années 1840, avec des manches trois quarts aux poignets également coupés en forme d’entonnoir. Le buste est recouvert d’un tulle froncé couleur lilas, tout comme la jupe, structurée par des baleines formant treillis. La notion de fécondité est accentuée par l’addition de fleurs fraîches et en soie entre le tulle et la soie de la jupe, aux manches et à l’encolure.Catwalking.com
910
Robe saupoudrée de cristal de Swarovski pour « Sarabande ». Avec cette silhouette « sablier » aux hanches élargies, et l’épanouissement circulaire à partir du genou prolongé par une traîne renflée, la pièce a tout le charme voluptueux de Mae West habillée par Travis Banton.
 Art + Commerce, Sølve Sundsbø
1010
Les motifs sur le bas de la jupe évoquent une prairie. L’effet très ajusté et longiligne de la partie supérieure est renforcé par les broderies. Robe réalisée par Sarah Burton pour Alexander McQueen. C'est cette jeune femme qui pilote désormais la création depuis le décès d'Alexander McQueen.Art + Commerce, Sølve Sundsbø