La fausse fourrure, très tendance, est-elle vraiment écologique ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Mode : l’essor de la fausse fourrure
France 2
Article rédigé par
C.Tixier, S.Giaume, F.Bohn, L.Hodina, N.Lachaud, S.MalinN.Titonel - France 2
France Télévisions

La fausse fourrure fait fureur, les grandes maisons de couture s’y sont mises. Une solution éthique pour remplacer la fourrure, mais pas toujours écologique. 

En 2020, la fausse fourrure a envahi les rues. Les clients la préfèrent pour des raisons éthiques. En 1994, une campagne de l’association américaine pour la protection des animaux PETA s’attaque à la vraie fourrure, et fait le tour du monde. La prise de conscience a désormais atteint les podiums, avec de grandes maisons de couture, comme Jean-Paul Gaultier ou Chanel, qui présentent des collections 100% fausse fourrure. Une petite révolution qui a ouvert la voie à un nouveau marché. 

Des fibres synthétiques polluantes

La marque La Seine et Moi, créée il y a quatre ans, connaît un vrai succès avec ses modèles de manteaux colorés en fausse fourrure. "Chaque année, nos ventes sont en hausse, on a fait 70% de hausse entre la deuxième et la troisième année", explique la créatrice Lydia Bahia. Des manteaux plus éthiques, mais pas forcément écologiques. Ces fausses peaux sont fabriquées en polyester et en acrylique, des fibres synthétiques gourmandes en énergie et en eau. Mais des fabricants choisissent d’y intégrer des fibres de maïs, pour des manteaux plus éco-friendly. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.