EN IMAGES. Pour Christophe Josse, le film de sa collection haute couture automne-hiver 2021-22 est "le passeport de la maison"

Au dernier jour de la semaine de la haute couture parisienne, rencontre avec Christophe Josse, créateur d’une esthétique à la délicate élégance, qui prône une simplicité étudiée et raffinée. A chaque collection, il écrit un chapitre de son histoire mêlant contemporanéité et fastes d’un passé évanoui.  

Une saison, un temps nouveau, Christophe Josse invite pour sa collection couture automne-hiver 2021-22 à le suivre "dans la pinacothèque que j'ai dans le crâne. J'y puise des références qui me touchent et qui sont récurrentes. Mes inspirations sont multiples" dit-il avec un sourire avant d'ajouter "De saison en saison, je définis et souligne une histoire qui se précise un peu plus, comme un climat, un décor, une identité de la maison". 

Le couturier a tourné le film de sa collection Les diaprures de l'aube au château de Vigny (en travaux), dans le Val d'Oise. "Il est très exaltant de filmer dans cet endroit chargé d'histoire. J'ai retrouvé Lucca, un réalisateur avec lequel j'ai une alchimie. Avec lui, le travail se fait avec harmonie et fluidité". Pour le couturier, qui ne défile pas et présente ses modèles dans son atelier, la vidéo lui sied parfaitement même si le défilé a un charme évident quand les gens y assistent. "Je prends un réel plaisir à partager avec le metteur en scène l'aventure du film. J'ai l'absolue assurance que c'est ce qui valorise et met mieux en lumière la collection. La force du film, c'est que l'émotion transparaît et reste à tout jamais sur l'image. Le film est le passeport de la maison. Ca traverse les frontières, c'est magique".

"L’harmonie seule comme ultime exigence" c'est le défi de Christophe Josse pour cette garde-robe aux belles matières (mohair bouclé, soie, alpaga, cachemire, jersey...). La palette des blancs s'enrichit d'un vieux rose, d'un bleu poudré et de chocolat que viennent ponctuer d'un éclat doré quelques accessoires (boucles d'oreilles, bracelet) dont des sandales serties de métal, et ornées d’un cabochon de verre soufflé inspirées d’un modèle du 14e siècle siégeant sur une cimaise anonyme du British Muséum. "J'aime faire appel à des matières qui ont déjà été portées, qui ont un vécu. C'est le cas des dentelles... Sur ces dentelles anciennes, il y a un travail que l'on ne retrouve plus aujourd'hui : ce sont des points uniques. Le rendu n'est pas le même. C'est ça la couture, quelque chose d'unique !" 

16
Blouson en mohair bouclé ivoire gansé de satin cuir avec des manches en oie frisée et autruche glycérinée porté avec un large pantalon en jersey de laine albâtre. Collection Christophe Josse automne-hiver 2021-22.  OLIVIER.SAILLANT
26
Top en mohair bouclé ivoire rebrodé de cuir métallisé, dos en guipure ancienne du 19e à enfiler sur un T-shirt à manches longues en tulle de coton effrangé et une jupe étui en mohair bouclé ivoire effrangé. Christophe Josse couture automne-hiver 2021-22 à Paris, le 8 juillet 2021 OLIVIER.SAILLANT
36
Robe en crêpe de laine calcaire à effets plastrons en dentelle cuir beige, ceinturée sur les côtés. Collection Christophe Josse automne-hiver 2021-22 OLIVIER.SAILLANT
46
Gilet en crêpe de laine calcaire peint (donnant l'illusion d'un point de broderie) souligné au col de fourrure de laine. Blouse en nid d’abeille blanc au décolleté peint. A porter avec une jupe à large plis creux en mohair ivoire. Collection Christophe Josse automne-hiver 2021-22 OLIVIER.SAILLANT
56
Veste queue de pie rebrodée de fils et de pierres sous laquelle se cache un large pantalon taille haute en jersey de laine albâtre. Le col roulé - brodé de fils de soie effrangés - évoque une fourrure. Collection Christophe Josse automne-hiver 2021-22 OLIVIER.SAILLANT
66
Ample et longue robe chemise, style caftan, au col basculé, avec dos projeté, en taffetas bleu Nattier qui bruisse à chaque pas. Collection Christophe Josse automne-hiver 2021-22 OLIVIER.SAILLANT