Cet article date de plus d'un an.

La manufacture textile solidaire Berlier à Paris : "c'est vraiment fait pour partager et rencontrer des nouvelles personnes liées à la mode circulaire"

La manufacture Berlier est un tiers-lieu à la croisée des économies sociales et circulaires. Une initiative qui accueille des acteurs de la production textile durable et relocalise des activités productives et artisanales dans Paris. La manufacture crée des emplois d'insertion. Découverte et rencontres.
Article rédigé par Corinne Jeammet
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 7 min
Le plateau fertile de Fashion Green Hub à la manufacture Berlier à Paris, le 4 mai 2023 (Flore Bulteau)

Valoriser une partie des milliers de tonnes de textiles jetées chaque année est l'un des projets de la manufacture Berlier et des cinq structures qui l'animent - Fashion Green Hub, H.A.W.A., Espero France, Trevo et Whole. Actives dans la valorisation des textiles et l'emploi de personnes en difficulté, elles récupèrent anciennes collections, chutes de production, invendus et fins de stocks pour leur donner une seconde vie, et mettent à disposition des créateurs un espace d'accompagnement dédié à ceux ayant un projet de mode circulaire.  

Au 15, rue Jean-Baptiste Berlier dans le 13e arrondissement, l'hôtel industriel Berlier - bâtiment post-moderne construit en 1990 par l’architecte Dominique Perrault et réhabilité en 2021 - consacre 1 500 m² à cette manufacture.

Fashion Green Hub, association de chefs d’entreprise mode et textile - qui porte le message d’une mode plus durable, éthique, locale et innovante, créatrice d’emplois sur les territoires, et accompagne les entreprises - nous a ouvert les portes de ce tiers-lieu. Thomas Ebelé, président de Fashion Green Hub Paris, et Lucas Thivolet Conde Salazar, qui dirige le Plateau Fertile Paris, ont été nos guides puis Audrey Meaulard, co-fondatrice de la marque d'accessoires Homonoia, et l'artiste Juliette Somnolet - qui ont toutes deux utilisées les services dispensés par le plateau fertile - nous ont raconté leur expérience. 

Un plateau labellisé "manufacture de proximité de mode circulaire, solidaire et inclusive"

Ce projet de manufacture de mode circulaire de Paris a été réalisé avec le soutien de la ville de Paris, de la région Ile de France, de l'Adème et de l'Agence nationale de la cohésion et des territoires. "Ce plateau est labellisé manufacture de proximité mais nous on aime bien dire que c'est une manufacture de mode circulaire, solidaire et inclusive" insiste Thomas Ebelé. Au total, c'est 1500 m2 carrés divisés en lots. Ici, nous avons 340 m2.

En octobre 2022, Fashion Green Hub Paris a investi les lieux et installé une salle de réunion, une salle créative, un studio photos, des postes de coworking, un Fab lab [partage d'espaces, de machines, de compétences et de savoirs], une matériauthèque, un bureau d'études spécialisé en éco création et éco conception textile, des machines à coudre et des piqueuses, des postes de conception 3D, une table de digitalisation....

Pour Lucas Thivolet Conde Salazar, la richesse de l'association, "c'est notre éco-système. On est une association d'entreprise qui regroupe toutes les filières textile. On a des jeunes créateurs porteurs de projets en devenir, des cabinets de conseils et des cabinets d'avocat qui peuvent les accompagner sur la propriété intellectuelle et industrielle mais aussi des écoles partenaires, des industriels filateurs/tisserands présents sur toute la chaine de développement, des ateliers de confection, et, on sollicite aussi de grandes maisons de luxe". Le directeur du Plateau Fertile Paris précise encore : "on accompagne pour trouver des solutions tous ensemble, pour accélérer cette transition vers des modèles circulaires, inclusifs et durables. Cet esprit collaboratif, coopératif, c'est ce que nos créateurs viennent chercher ici mais c'est aussi du réseau et du business...". 

Toutes les structures présentes à Berlier sont inter-connectées, c'est-à-dire qu'elles sont toutes membres de Fashion Green Hub, "qui est un peu la tête de pont du plateau", précise encore Thomas Ebelé car nous sommes "une association d'entreprise depuis 2015". Le plateau fertile est uniquement accessible aux adhérents de l'association (190 sur l'île de France, 450 au niveau national).

"Des échanges très enrichissants et des synergies qui se font"

Cet espace de travail a séduit la co-fondatrice de la marque d'accessoires Homonoia, créée en 2021. Trousses, pochettes, chouchous, foulards... sont issus d'une production upcycling et fabriqués en France en atelier d'insertion. "On récupère des fins de rouleaux qu'on sauvent plus ou moins de l'incinération : ce sont des quantités limitées puisqu'on dépend à chaque fois du métrage du rouleau. On vend sur notre site, sur des marketplace en ligne et dans une vingtaine de boutiques en France" explique Audrey Meaulard

Petit-à-petit, la marque s'est développée et a cherché un bureau : "je regarde l'actualité de Fashion Green Hub sur Linkedin et ils ont fait un post sur le plateau fertile qui ouvrait à Paris" explique la jeune femme qui connaissait déjà leur plateau fertile installé à Roubaix. Quand elle vient découvrir le lieu en novembre 2022, c'est avec l'objectif premier de trouver un bureau plutôt que de voir les synergies possibles. "Mais quand on a découvert tout ce qui s'offrait à nous, cela a été assez évident que c'était un très bon choix. C'est bien plus qu'un bureau, il y a un Fab lab donc si besoin on peut faire un prototype, on peut aussi s'adresser au bureau d'études pour développer de nouveaux produits. On a utilisé la salle de shooting, c'est très important pour mettre en avant tout nos produits, ainsi que la tissuthèque. Ils ont, à la fois, des stocks dormants et des tissus neufs mais très écologiques et durables. Là, j'ai trois pas à faire, je vais voir les tissus et j'en choisi un. C'est très pratique au lieu de consulter le site en ligne sur lequel j'aurai pu voir les tissus et, ensuite, ils auraient pu m'envoyer des échantillons".  

Audrey, co-fondatrice de la marque Homonoia à la manufacture Berlier à Paris, le 4 mai 2023 (CORINNE JEAMMET)

La créatrice insiste sur le fait que cet espace, dans lequel elle est installée depuis le 1er mars, "est vraiment fait pour partager et rencontrer des nouvelles personnes liées à la mode circulaire avec des échanges très enrichissants et des synergies qui se font, si on a besoin d'informations". La marque a choisi un forfait pour trois jours par semaine mais normalement le lieu propose un forfait au mois, sachant que l'utilisation du Fab lab est en supplément. "Quand on paye notre "bureau, cela inclut tout ce qui va avec dont un espace de stockage. Pour nous, cela devenait compliqué dans le garage". 

"Je n'ai pas suffisamment d'expérience dans ce domaine"

Les créateurs de mode ne sont pas les seuls à profiter de ce tiers-lieu. Ainsi Juliette Somnolet dont le travail "est axé autour de la sculpture avec pas mal d'installations" a, elle-aussi, utilisé les services dispensés par la manufacture Berlier. L'artiste qui travaille le sujet de l'environnement - en essayant toujours d'utiliser du matériel de récupération, des matériaux renouvelables et naturels - est en train de réaliser une sculpture qui sera exposée dans le cadre de la Nuit Blanche, à l'Académie du Climat à Paris, le 3 juin. "Mon installation s'appelle les dessous de la Seine et son sous-titre est une sculpture à énergie quasi positive. Ce sont 35 tresses qui vont pendre dans le passage des calèches sur 12 mètres de long et 6 mètres de haut. Le public passera au travers de celles-ci pour pénétrer dans l'établissement". 

L'artiste - qui a entendu parler de l'association [Fashion Green Hub] "par des amis qui aidaient à la mise en place du plateau fertile" - bouge en fonction du lieu où elle a du travail et vit dans des ateliers et des logements temporaires le temps de la mise en place de ses expositions : "je suis pas mal appelée dans différentes villes et les Fab lab, c'est parfait !". Cela faisait quelques mois qu'elle était dans les montagnes à réaliser ses sculptures quand elle a eu le ok pour son exposition dans le cadre de la Nuit Blanche. "Le plateau fertile me permet d'avoir un endroit pour faire ma production, sachant que je ne peux pas absorber le coût d'un atelier et d'une couturière à plein temps et que je n'en ai pas besoin". Juliette Somnolet va donc travailler, ici, encore quelques semaines jusqu'au moment de l'exposition.

L'artiste Juliette Somnolet (au premier plan) et Mona, la couturière qui travaille avec elle sur son exposition prévue pour la Nuit Blanche à Paris, à la manufacture Berlier, le 4 mai 2023 (CORINNE JEAMMET)

"J'ai travaillé avec des chutes de tissus pour faire des grandes tresses qui sont l'intérieur de mes algues et l'extérieur de celles-ci sont des espèces de fourreaux (tronçons) en céramique faits en Suisse. Pour que ses tresses tiennent et ne tombent pas sur la tête du public. Juliette Somnolet a fait appel à Mona, une couturière du plateau avec du métier " car je n'ai pas suffiisamment d'expérience dans ce domaine. Elle a récupéré les chutes qu'elle a travaillé avec le reste de mon équipe". 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.