Londres supprime la Fashion Week masculine de janvier et repense entièrement ce rendez-vous de la mode

La première London Fashion Week de l'année 2021 est annulée, d'après une annonce de l’organisme chargé de la promotion de la mode britannique, The British Fashion Council. Un changement de programme face à la crise sanitaire et politique du Royaume-Uni et une réorganisation tournée vers le digital. 

Article rédigé par
Jérémie Laurent-Kaysen avec AFP - franceinfo Culture
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Défilé du créateur Oliver Spencer à la Fashion Week de Londres en juin 2019.  (NIKLAS HALLE'N / AFP)

Un rendez-vous de plus qui n'aura pas lieu. La Fashion Week prévue en janvier à Londres, traditionnellement dédiée aux collections homme, est annulée en raison de la pandémie, du Brexit, et d'une volonté de reconcevoir cet événement de la mode masculine, a annoncé The British Fashion Council, jeudi 29 octobre.

Une London Fashion Week réorganisée

Quatre rendez-vous ponctuent habituellement le calendrier des fashionistas : deux Fashion Weeks pour les collections homme, en janvier et en juin, et deux autres pour les collections femme, en février et septembre. Mais cette année, seuls trois de ces quatre rendez-vous sont conservés. Le prochain est programmé du vendredi 19 au mardi 23 février 2021 et les créateurs de mode masculine sont encouragés à y participer. Les défilés réuniront donc aussi bien les collections féminines que masculines.

Depuis juin, la Fashion Week est neutre sur le plan du genre. Des collections homme, femme ou mixtes sont mises en avant sans distinction. Cette décision "a été prise à la lumière de l'environnement actuel lié au Covid-19, des défis liés à la circulation des marchandises, des échantillons et des personnes dans le marché unique et l'union douanière après le Brexit, et des enquêtes et tables rondes avec des designers", est-il justifié dans le communiqué du BFC.

Bien que le Royaume-Uni soit sorti de l'Union européenne en janvier dernier, le gouvernement britannique négocie toujours avec l'UE leur future relation commerciale. Des discussions à l'issue toujours incertaine alors que le pays est censé sortir le 31 décembre de sa période de transition.

Un événement digitalisé et des collections éco-responsables

Pour palier l’annulation de la présentation physique, les nouvelles collections pourront défiler sur le site internet de la Fashion Week. Les salles d’exposition des différents designers prendront une forme virtuelle, accessibles et mises à jour tout au long de l’année. Dylan Jones, président "Menswear" (vêtements homme) chez BFC, est convaincu "que cette décision aidera les concepteurs à toucher plus de personnes via la plateforme numérique London Fashion Week, tout en leur permettant de faire des affaires dès janvier en dehors des dates de salons". 

Cette réorganisation de la Fashion Week intervient aussi en pleine introspection pour l'industrie de la mode, appelée sous la pression de militants écologistes et notamment des membres d'Extinction Rebellion, à cesser la production effrénée de vêtements. "Alors que l'industrie de la mode évolue vers un avenir plus durable et responsable, (...) notre objectif est de continuer à redéfinir notre modèle de semaine de la mode, en s'appuyant sur l'innovation numérique et technologique, tout en offrant des idées et des solutions qui fonctionneront pour toutes les entreprises de mode", a déclaré Caroline Rush, PDG du British Fashion Council.

Le secteur de la mode emploie chaque année plus de 890 000 salariés. En 2019, elle a contribué à hauteur de 35 milliards de livres (39 milliards d'euros) au PIB du Royaume-Uni. Face à l'impact économique de la pandémie, le BFC a mis en place un fonds d'urgence d'un million de livres (1,09 million d'euros) pour aider les designers, en voie d’extinction.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.