EN IMAGES. La Paris Fashion Week masculine pour l'hiver 2020-21 en huit looks inspirants

Après six jours intenses et 53 défilés, retour en huit images décalées et inspirantes sur les looks masculins automne-hiver 2020-21 vus sur les podiums de la Paris Fashion Week qui s'est tenue du 14 au 19 janvier 2020.

Si Paris est considérée comme la capitale de la mode avec ses griffes établies comme Louis Vuitton, Dior, Givenchy et Berluti, elle ouvre - depuis plusieurs saisons - ses podiums à la nouvelle génération d'Off-White à Y/Project, plus en phase avec la mode de la rue et les envies des millenials. Cette semaine de la mode laisse aussi s'exprimer des labels plus pointus comme le danois Henrik Vibskov et le label néerlandais Botter. Retour en images sur les looks masculins de l'automne-hiver 2020-21. 

18
Le streetwear est mort, vive le costume ! L'Américain Virgil Abloh, star des millenials, détourne cet uniforme du vestiaire masculin pour l'automne-hiver 2020-21 pour Louis Vuitton. Une partie de la collection est à motif nuages sur un ciel bleu qui reproduit celui du décor. Hommage à l'ADN de malletier de la maison parisienne, les sacs logo sont omniprésents, futuristes ou classiques, qui prennent des formes irrégulières. Roi du streetwear, Virgil Abloh a intrigué le mois dernier en déclarant que cette tendance allait mourir. "Le streetwear, Virgil Abloh l'adopte ou le rejette en toute liberté", est-il expliqué dans la note d'intention du défilé. Désormais c'est l'évolution du costume et la révision des codes vestimentaires qui l'intéresse : "Le costume, symbole de la convention, du commerce et du succès est sur le point de quitter sa zone de confort. Le dress code du vieux monde est neutralisé, réapproprié au service de la joie du vivre", assure-t-il. KRISTY SPAROW / GETTY IMAGES EUROPE
28
Des silhouettes à pointes gigantesques sur les épaules et les chaussures et même sur les joues pour se protéger : telle est la métaphore du monde d'aujourd'hui de l'avant-gardiste belge Walter Van Beirendonck dont le défilé automne-hiver 2020-21 s'appelle War (la guerre). Avec des inscriptions comme "I hate fashion" ("je déteste la mode"), "save the planet" (sauvons la planète) ou "stop buying fast fashion" (arrêtons de surconsommer des vêtements), il évolue "vers la beauté et les paysages et les fleurs et même les imprimés des années 70". "J'ai toujours inclus des messages politiques dans mon travail mais je pense qu'aujourd'hui, a-t-il dit, il est encore plus important que jamais de faire ce genre de déclarations, donc c'est un peu une surdose cette fois". CINDY VOITUS / HANS LUCAS
38
L'"opulence" et l'"extravagance" sont les mot d'ordre du Belge Glenn Martens pour la marque Y/Project dont l'idée n'est pas de "créer un pull sympa" mais de jouer avec les détails et "faire avancer le design". Sa collection automne-hiver 2020-21 a été présentée dans une aire de jeux gigantesque remplie de milliers de ballons orange où sont plongés les invités. Dans ce défilé mixte, homme et femme, il a exploré le thème du corset confortable : "Le corset avait été fait avec du bois, ici nous avons juste la découpe du pantalon et du slip et ainsi avec le corps on crée les mêmes silhouettes. Mais c'est complètement confortable, car c'est en jersey", a expliqué le styliste. JONAS GUSTAVSSON/SIPA USA/SIPA / SIPA USA
48
Un danseur de claquettes a accompagné le défilé automne-hiver 2020-21 de la marque Off-White de l'Américain Virgil Abloh  Le danseur Cartier Williams portant un T-shirt "I support young black businesses" ("je soutiens les jeunes entrepreneurs noirs") a ouvert le show en faisant une apparition depuis les coulisses, situées au milieu de la salle, dans une scénographie atypique. Le créateur hyperactif est apparu à la fin du show pour saluer le public après avoir été absent de la précédente semaine de la mode parisienne contraint au télé-travail sur prescription médicale. Ce défilé était très attendu, d'autant plus que ce roi de la "streetwear" a prédit dans une récente interview la mort de cette tendance. Les hommes Off-White portaient effectivement beaucoup de chaussures conventionnelles même si le créateur n'a pas raté l'occasion de promouvoir les baskets Off-White x Air Jordan 5, parmi les plus convoités. Des looks poétiques avec des chemises à rubans surmontant des pantalons fluides alternaient avec des costumes structurés rouge, vert ou bleu néon, à trous. ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
58
Le label masculin Botter est composé du duo néerlandais Rushemy Botter et Lisi Herrebrugh, qui est a la tête de la Direction Artistique de la griffe Nina Ricci. Ce label masculin avait remporté en avril 2018 le grand prix du jury Première vision du 33e Festival international de la mode d'Hyères (Var), tremplin de la jeune création, avec une collection aux allures de manifeste en faveur de l'environnement. Pour cette collection automne-hiver 2020-21, les deux créateurs ont proposé un vestiaire joyeux.  AURELIEN MEUNIER / GETTY IMAGES EUROPE
68
Le créateur de mode danois Henrik Vibskov au style éclectique, riche et audacieux - porté par des fashionistas avant-gardistes est un designer engagé. Artiste multi-talents, il excelle aussi dans la danse, le théâtre, la musique ou l’art plastique. Pour l'automne-hiver 2020-21, après avoir exploré la cuisine et la chambre, son inspiration se poursuit dans la salle de bain. Dans un monde de plus en plus public, que se passe-t-il dans cet espace privé pleins de rituels, où nous nous préparons pour la journée ? A noter des jacquards inspirés des salles de bain vintage, des couleurs et des motifs à impressions d'eau qui coule et des surfaces brillantes inspirées par la vapeur et les gouttes d'eau. Cette saison, 95% du vestiaire est fabriqué à partir de matériaux durables. Certains tissus sont issus de bouteilles Pet 100% recyclées ou utilisent de la laine de Norvège de moutons qui paissent librement dans la nature. JONAS GUSTAVSSON/SIPA USA/SIPA / SIPA USA
78
Le Belge Kris Van Assche pour Berluti a offert un spectacle pétillant de couleurs pour sa collection automne-hiver 2020-21. Orange, rose, violet ou vert fluo : les costumes sont de couleurs vives dans ce défilé baptisé "Lovely Day" (Belle journée) "parce qu'on a besoin d'un peu d'évasion, on a besoin de rêver". Les motifs classiques sont exagérés. Un manteau Prince-de-Galles est en bandes de cuir noir et vert, couleur "intimement liée au sportswear". La patine qui fait partie de l'ADN de la maison est dans les sacs et les costumes en cuirs gris, verts et bordeaux mais l'innovation, ce sont les doudounes en cuirs très fins patinés, légers et souples. "Au début j'ai introduit la patine pour les pièces institutionnelles, là l'idée est de parler à toutes les générations", souligne Kris Van Assche. Les mannequins marchent en baskets en cuir très colorées, "une façon de dire que Berluti est en 2020". "Un homme en baskets n'est pas moins chic qu'un homme en souliers" à partir du moment où ses baskets "sont faites en Italie, finies et teintes à la main" conclut le styliste. FREDERIQUE DUMOULIN
88
La maison Givenchy a interprété les traditions "avec spontanéité". Sa directrice artistique britannique Clare Waight Keller rend hommage à "l'homme moderne, vagabond New Age" dans une collection automne-hiver 2020-21 inspirée du 14e maharajah d'Indore (Yeshwant Rao Holkar II, mort en 1961) qui avait quitté l'Inde pour Los Angeles dans les années 1930 et tomba amoureux du modernisme occidental. Des blazers et manteaux cintrés portés sur des pulls en latex aux couleurs de pierres précieuses sont fermés par des broches ou des épingles de kilt. FRANCOIS MORI/AP/SIPA / SIPA