Fashion week : après Milan, le prêt-à-porter débarque sur les podiums parisiens

Après New-York, Londres et Milan, Paris prend le relais pour clore la tournée mondiale des fashion week. Après le luxe des défilés haute-couture en janvier, c'est le prêt-à-porter que l'on retrouvera sur les podiums.

Les modèles du défilé parisien de la collection prêt-à-porter printemps-été 2017 du styliste Valentin Yudashkin.
Les modèles du défilé parisien de la collection prêt-à-porter printemps-été 2017 du styliste Valentin Yudashkin. (IRINA KALASHNIKOVA / SPUTNIK)

C'est parti pour huit jours de défilés : après New-York, Londres et Mmilan, Paris prend le relais pour clore la tournée mondiale des fashion week. La capitale française accueille les collections femme automne-hiver, jusqu à mardi prochain inclus. Après le luxe des défilés haute-couture en janvier, on passe au prêt-à-porter, le nerf de la guerre.

Quatre-vingt défilés pour quelque 5 000 visiteurs

5 000 visiteurs attendus pour plus de 80 défilés et plus encore en dehors du calendrier officiel : l'an dernier, prêt à porter et haute-couture mélangés, les quarante jours de défilés parisiens auront généré 400 millions d'euros. Sans compter les milliards des contrats signés dans la foulée.

Huit jours au lieu de neuf

Cette année 2017 commence peut être un peu plus mollement : la fashion week est légèrement écourtée, huit jours au lieu de neuf, mais les grands noms du métier sont bien là. Ce mardi 28 février Saint-Laurent, mercredi Courrèges, Lanvin, Kenzo, puis Chloé, Balmain, Comme des Garçons, Céline, Galliano, Hermès, Chanel, Agnès B ou Vuitton. Et Dior, qui fête ses 70 ans, ou la marque française APC qui souffle 30 bougies.

Après le podium, l'after show

Il y a aussi les évènements parallèles comme le défilé H&M mercredi, et bien sûr les fêtes, les fameux after show, au milieu des mannequins descendu(e)s de leur podium.