Cet article date de plus de quatre ans.

En images Jean-Charles de Castelbajac nous raconte en dix dessins poétiques son quotidien de créateur confiné

Article rédigé par Corinne Jeammet
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min

"La précipitation du rythme fait que l'imaginaire n'a plus le temps de se reposer", avait dit un jour Jean-Charles de Castelbajac. Confiné, le créateur a multiplié les croquis relatant son quotidien. 

La marque emblématique à l’univers pop-poétique rayonne toujours avec la même intensité. Pendant cette période de confinement Jean-Charles de Castelbajac a beaucoup dessiné. En 10 croquis, il explique à Franceinfo Culture la symbolique derrière chacun d'eux 

Jean-Charles de Castelbajac, qui a fêté en 2018 ses 50 ans de création, a créé des vêtements en s'associant à de nombreux artistes et à de multiples marques, de Weston à Rossignol jusqu'à BenettonIl s'est fait une place unique dans le monde des créateurs français en décloisonnant l’art et la mode.

Sa carrière a été ponctuée de coups de foudre artistiques. Ainsi sont nées ses robes-tableaux avec Hervé Di Rosa, Ben, Gérard Garouste, Robert Malaval, Annette Messager et des invitations de défilés avec Keith Haring, Robert Mapplethorpe, Cindy Sherman... Dans les années 70 et 80, ses vêtements intégrent les personnages de cartoon de Walt Disney et l’iconique Snoopy. Les marques sont omniprésentes dans son œuvre qui exprime son goût pour les logos. Une fascination que JCDC rapproche de son intérêt pour les blasons pendant ses années de pension dans un château. L'héraldisme lui a inspiré ses couleurs de référence, rouge, jaune et bleu, constantes de sa mode joyeuse. 

Le pied de Jean Charles de Castelbajac. De tout temps, la contrainte a transformé la séduction. Désormais, on ne fera pas du pied que sous la table. (JCDC)
Remercier notre coeur avec ceux qui sont en première ligne de Jean Charles de Castelbajac. Je pensais à ces combattants qui nous protègent, qui ne sont pas vêtus de camouflage, mais de pastels, couleurs crées durant la guerre du Vietnam comme répulsif contre les mouches et les insectes lorsque les chirurgiens opéraient en plein air.  (JCDC)
L'ennui de Jean Charles de Castelbajac. L'ennui a toujours été pour moi, l'étincelle qui a mis le feu aux poudres de mon imagination. Petit garçon, je suis devenu très créatif en m'ennuyant beaucoup. (JCDC)
Tatoué et confiné de Jean Charles de Castelbajac. 
Je pensais à Yvan Le Pays un de mes anciens assistants qui est un tatoueur artiste. Confiné, avec sa fiancée. À fleur de peau, j'effleure ta peau. (JCDC)
L'ascenseur de Jean Charles de Castelbajac. Toutes nos habitudes ont été bouleversées et cela nous force à retrouver notre esprit d'enfant, improviser, réinventer, utiliser notre corps autrement. (JCDC)
Wash your hands de Jean Charles de Castelbajac. 
Le danger nous fait redécouvrir un rituel millénaire, la purification par l'eau. Cela me fait penser à sa dimension religieuse et historique, les ablutions. (JCDC)
Les projets après de Jean Charles de Castelbajac. Ce temps suspendu, nos vies tétanisées donnent vie à réinventer nos envies pour demain et après-demain. (JCDC)
French Kiss de Jean Charles de Castelbajac. Avant 2020, il existait une curieuse pratique nommée le french kiss. Le contact les baisers, s'embrasser, tous ces nouveaux  interdits feront-ils place à la renaissance d'un désir romantique ? (JCDC)
I kiss with my eyes Jean Charles de Castelbajac. Réinventer l'amour et ses rituels et s'embrasser et s'embraser d'un regard. (JCDC)
La mode au temps du virus de Jean Charles de Castelbajac; La mode survit à toutes les crises, elle se réinvente et s'inspire, elle sortira transformée de cette crise. Écologie, éthique, partage et protection, seront pour moi et mes collections futures chez Benetton, les principales sources d'inspiration. (JCDC)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.