Cet article date de plus de sept ans.

20 créateurs plongent dans leurs souvenirs d'enfance Disney pour la bonne cause

A l’occasion de la sortie du film "Maléfique", l’opération caritative « Le Mal pour le Bien » mobilise les créateurs autour de leurs souvenirs d'enfance de dessins animés Disney auxquels, pour l’occasion, ils redonnent vie. Une carte blanche en partant non pas d’un personnage mais d'un univers : celui du Bien et du Mal, fil rouge omniprésent et intemporel de toutes les créations Disney.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L’apprenti sorcier de Fantasia par Paul Smith. Aquarelle, Œuvre sur papier. 21 x 30 cm avec cadre. Estimation : 1.000/1.500 €
 (Cédric Bolusset)
Depuis de nombreuses années, les créateurs de mode et les artistes n’hésitent pas à réinterpréter avec leur propre sensibilité certains personnages parmi les plus emblématiques des studios Disney.
Disney a souhaité leur laisser carte blanche en partant non pas d’un personnage mais d'un univers : celui du Bien et du Mal, fil rouge omniprésent et intemporel de toutes les créations Disney.
Pinocchio dans le ventre de la baleine par Elizabeth Garouste. Monstro, 2014. Acrylique sur métal découpé 71 x 32 cm
 (DR)
Les œuvres de 20 créateurs de mode et artistes plasticiens seront vendues aux enchère, le 12 juin, au profit de l’association La Source, fondée par l’artiste Gérard Garouste.
La Sorcière de Blanche Neige de Christian Lacroix. Peinture digitale
 (DR)
Tentation de Speedy Graphito 2014. Peinture acrylique et en spray sur toile 65 x 81 cm
 
 (DR)
Les souvenirs d’enfance des créateurs
 
Paul Smith, Chantal Thomass, Christian Louboutin, Christian Lacroix, Véronique Leroy, Anne-Valérie Hash, Martin Grant, Kobi Levi, Gisèle Ganne, Manish Arora, Francis Kurkdjian, Gérard Garouste, Elisabeth Garouste, Speedy Graphito, Laurent Pernot, Martine Aballéa, Virginie Barré, Thierry Dreyfus et Lionel Estève ont redonné vie à un souvenir personnel du Bien ou du Mal, issu d’un dessin animé Disney vu dans leur enfance.
La vingtaine d’œuvres réunies, en grande majorité inédites, illustre la vocation intemporelle des films Disney : « Lorsque nous réalisons un film, nous ne pensons ni aux adultes, ni aux enfants mais juste à ce quelque chose de précieux, qui est demeuré pur, intact, tout au fond de nous, que le monde a pu nous faire oublier, mais que, peut-être, nos films feront revivre » explique la compagnie Walt Disney
Le Manteau de Cruella par Chantal Thomass
 (DR)
« Je te transmets ce souvenir, pour t’aider à grandir »
 
La vente des œuvres se fera au profit de l’association La Source, créée en 1991 par le peintre Gérard Garouste. La Source a pour vocation d’aider des enfants et des jeunes confrontés à des difficultés sociales, familiales et scolaires et à développer leur créativité artistique dans de nombreux domaines. 
La Méchante Reine Mère de Blanche Neige par Gisèle Ganne. knuckle black pearl coral 2-1. Crane de corbeau electroformé de cuivre et plaqué d'or 18carat puis embellie d'une perle de culture noire et de roses en corail
 (Gisèle Ganne)
Disney France a souhaité que l’opération « Le Mal pour le Bien » puisse contribuer à sa vocation de transmission et de solidarité auprès des enfants, qu’elle développe déjà depuis de nombreuses années auprès d'associations en faveur de l’enfance.
« Trust Me » par Lionel Estève. 2014, Technique mixte. Dimensions : 42 x 52cm (œuvre avec son cadre). 
 (Elina Belou)
Exposition "Le Mal pour le Bien" du 10 au 12 juin. Espace Commines. 17, rue Commines. 75003 Paris. Vente aux enchères le 12 juin à 20H.
Donald et les grues par Gérard Garouste.  2014. Aquarelle sur papier. 63 x 90 cm avec cadre
 (DR )
 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Mode

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.