#marquepage du 6 octobre 2021 : échos des livres glanés par Anne-Marie Revol

Découvrez en trois minutes, trois idées de livres, à dévorer… tout en vous amusant ! 

Article rédigé par
Anne-Marie Revol - franceinfo Culture
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Marque Page, la chronique d'échos littéraires d'Anne-Marie Revol (FRANCE TELEVISIONS)

Un nouveau numéro de #marquepage : l’auteur qui se dissimule derrière ses quatre photos est aussi comédien. Nathalie Iris, libraire à la Garenne-Colombes, nous recommande En chiens de faïence de Thomas Louis paru aux éditions de La Martinière. Quant aux Artifices de Claire Berest, publiés chez Stock, ils ont fait chavirer les Bookstagrammeurs !

franceinfo

Parce que rien ne vaut un bon quiiiiiiz !

L'écrivain qui nous a adressé cette semaine ses quatre photos est un ancien sociétaire de la Comédie-Française où il a aussi bien joué Scapin que Lorenzaccio, Hamlet ou Georges Dandin. Il a reçu en 1998, le César du meilleur acteur pour son rôle de capitaine dans un film de guerre signé Bertrand Tavernier. Indissociable des Rois Maudits, il est passionné d'histoire avec un grand H et son dernier roman (le troisième !) s'en ressent. Page après page, son amour et son admiration pour Jean Giono se font également évidents. Avec ce troisième opus, il signe un ouvrage bouleversant dont le héro Jean a été brisé par la Grande Guerre. Si on ajoute à cela que son épouse est une grande voix de la radio (où elle officie chaque dimanche matin sur France Musique) et qu'il a été élu politique de gauche à Paris dans le IXe arrondissement, normalement tout devrait s'éclairer ! 

"En chiens de faïence": le coup de coeur de la libraire !

Nathalie Iris libraire à La Garenne-Colombes a craqué pour En chiens de faïence, un premier roman tragi-comique signé Thomas Louis et publié aux éditions de La Martinière. Au sein de la famille Dugast, la vie est régie par les habitudes et… les suicides. Depuis plusieurs années ses membres se suppriment, sans jamais se rater, les uns après les autres. Coïncidence ? Peu probable. Tradition farfelue ? Peut-être. Art de mourir ? Certainement. Sauf que même si la mort règne en maître chez ces gens, "Christophe, lui, n'a pas du tout envie de céder à cette tentation !" Un ouvrage "drôle, frais et grinçant" sur les non-dits, le silence, la famille et l'importance d'être soi-même. Un ouvrage "soutenu par le grand écrivain Jean-Paul Dubois", Goncourt 2019... Et lui aussi toujours sur le fil !

Les Instagrammeurs bouleversés par des "Artifices"... 

Avec Artifices, Claire Berest signe chez Stock, un singulier roman, aux antipodes de Rien n'est noir, Grand Prix des Lectrices de Elle 2020. Bien que différent mais comme toujours brillant et admirablement bien construit, il n'a pas laissé indifférents les Bookstagrammeurs. "Un flic paumé, des orchidées, une artiste qui réalise des happenings : tel est le décor du nouveau roman de Claire Berest", pose en quelques mots @libraire-clareton. Une danse éperdue, où les personnages se croisent, se perdent et se retrouvent, dans une enquête haletante qui voit sa résolution comme une gifle. "Difficile de lâcher ce roman puzzle (…) C’est frénétiquement accrochant.", jure @librairiedesbatignolles. Une écriture fluide, addictive et ouvragée. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Culture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.