Salon du livre à Paris : avec 3 200 librairies indépendantes, "la France est un paradis"

Le Salon du livre se tient depuis vendredi et jusqu'à lundi, Porte de Versailles à Paris. 3 000 auteurs s'y relayent en dédicace dans un contexte de légère baisse des ventes de livres en 2017. Malgré cela, la France reste le pays le mieux doté en librairie indépendante se réjouit un professionnel sur franceinfo.

Une librairie.
Une librairie. (DAMIEN MEYER / AFP)

Le plus grand événement littéraire du pays se tient depuis vendredi et jusqu'à lundi Porte de Versailles à Paris. Le Salon du livre accueille 1 200 exposants, 3 000 auteurs en dédicace et 45 pays dont, cette année, la Russie en invité d'honneur.

Mais les Français n'ont acheté que 343 millions de livres papier en 2017, soit 1% de moins qu'en 2016 selon une étude GfK, "la France est un paradis pour les libraires" s'est réjoui Matthieu de Montchalin, directeur de la librairie L'Armitière à Rouen (Seine-Maritime), dimanche sur franceinfo.

franceinfo : Comment faire vivre une librairie au quotidien ?

Matthieu de Montchalin : La France est un paradis pour les librairies puisque nous sommes le pays qui compte le plus de librairies au monde par habitant : 3 200 librairies indépendantes. Le monde entier nous envie ce réseau, il est lié à la loi Lang adoptée en 1981 [loi relative qui instaure un prix unique du livre en France], le prix du livre est le même partout, que vous l'achetiez chez le plus petit des libraires ou le plus gros des centres de vente sur internet [...] C'est un métier qui est difficile parce que les librairies sont les commerces de centre-ville les moins rentables et en même temps c'est un métier de passion. On ne choisi pas ce métier par hasard, on ne le choisi pas pour faire fortune c'est évident.

Les chiffres de l'édition sont en léger recul sur l'année 2017 : -1,2%. Faites-vous le même constat à L'Armitière ?

On dit toujours que les années électorales sont des années difficiles pour les librairies et le premier semestre 2017 n'a pas dérogé à la règle, donc ça fait une année en demi-teinte. Mais sur un marché dont on dit que depuis des années il est censé baisser, que les gens ne lisent plus, que le numérique va tuer tout le monde, etc. ne baisser que de 1,2% franchement... Demandez aux vendeurs de vêtements par exemple, ils aimeraient ne baisser que de 1,2%.

Désormais il n'y a plus de rentrée littéraire. Des centaines d'ouvrages sortent en permanence. Le métier est devenu difficile ?

La France c'est 70 000 nouveautés par an, c'est-à-dire 200 par jour. Moi j'ai la chance d'être dans une librairie avec une équipe nombreuse : nous sommes 38, donc ça fait 38 lecteurs qui dévorent des livres pour découvrir les auteurs qui donneront envie aux lecteurs d'aller plus loin que les quelques best-seller. C'est ça le métier de libraire.