Un polar de Rémy Lasource, flic et écrivain à succès, bientôt adapté au cinéma

Policier dans le Limousin, il écrit sous le pseudonyme de Rémy Lasource. L’un de ses romans va prochainement devenir un film.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Rémy Lasource a écrit une quinzaine d'ouvrages dont le polar "Du crépitement sous les néons" qui devrait être adapté au cinéma.  (E. Denanot / France Télévisions)

C’est une belle reconnaissance pour Rémy Lasource. Les droits de son roman Du crépitement sous les néons ont été rachetés par une société de production française pour une adaptation cinématographique.

Rémy Lasource, flic et écrivain

Toujours dans la police, Rémy Lasource écrit sous un pseudonyme et évite de montrer son visage aux médias. Ce titulaire d’une maîtrise de droit est rentré dans la police nationale comme lieutenant. Aujourd’hui commandant de police, il vit dans le Limousin où il dirige une unité d’investigation spécialisée. Amoureux des mots, il a une quinzaine d’ouvrages à son actif qui explorent des univers très différents.

Un récit "qui vient de tripes" 

Sa carrière d’auteur a commencé par un roman fantastique édité par la maison d’édition vosgienne Ex Aequo. "Mais mon éditrice a tout de suite senti que je pouvais écrire sur le milieu de la police et de la délinquance vu que c’était mon quotidien", se souvient Rémy Lasource. Le policier se lance donc dans l’écriture de polars.

Plusieurs ouvrages sont publiés dont le roman Du crépitement sous les néons. Ce livre raconte l’histoire d’une cavale, entre Paris et le Pays-Basque, d’un jeune voyou qui veut fuir la banlieue pour refaire sa vie au soleil, avec sa petite amie prostituée. "La banlieue, la violence, les voyous… forcément c’est nourri malgré moi de choses que j’ai vécues", reconnaît Rémy Lasource.

Un récit "qui vient des tripes", remarqué par le milieu du cinéma. La société oscarisée Bonne Pioche Productions a un projet de film avec les réalisateurs Kevin Ossona et Fabrice Garçon (le duo qui a réalisé Voyoucratie). "Ils m’ont dit 'c’est de la balle', les personnages, c’est notre génération, ça nous parle, on veut l’adapter au grand écran, en faire un long métrage". Un rapprochement avec le 7e art qui n’est, semble-t-il, qu’un début. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.