Pilier de l’École de Brive, l’écrivain corrézien Michel Peyramaure se confie à l’aube de ses 100 ans

Considéré par beaucoup comme l’un des plus grands romanciers historiques, Michel Peyramaure fêtera ce 30 janvier ses 100 ans. Devant la caméra de France 3 Limousin, le cofondateur de la Foire du livre a accepté d’évoquer quelques souvenirs de cette longue vie dédiée à l’écriture.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
L'écrivain corrézien Michel Peyramaure fêtera ce 30 janvier ses 100 ans. (CAPTURE D'ÉCRAN FRANCE 3 / S. CHASSAIGNE)

Cent ans dans quelques jours et toujours la même envie d’écrire. Dans son appartement du centre de Brive-la-Gaillarde en Corrèze, Michel Peyramaure s’astreint à écrire chaque jour devant son ordinateur. Quatre à cinq pages quotidiennes pour son prochain livre. Depuis son premier roman en 1954, Paradis entre quatre murs, l’écrivain corrézien en a publié plus d’une centaine.

L’écriture conserve, c’est absolument indéniable. L’écrivain qui s’astreint tous les jours à cet exercice, sur son ordinateur, pour écrire un livre, une nouvelle, ou n’importe quoi, survit.

Michel Peyramaure

Écrivain

FTR

Écrivain du terroir

Michel Peyramaure est considéré depuis longtemps comme l’un des plus grands auteurs de romans historiques. Il se consacre à l'histoire de France, en particulier à travers l'histoire de ses provinces, ce qui inscrit son œuvre dans le courant régionaliste, ou littérature de terroir. Des romans donc, mais aussi de nombreuses biographies de personnages historiques tels que Jeanne d'Arc, Henri IV, Louis XVI ou Napoléon. Mais aussi d'artistes comme Suzanne Valadon ou Sarah Bernhardt.

Élève médiocre, c’est pourtant sur les bancs de l’école qu’il s’est découvert une passion pour l’écriture : "J’étais toujours dernier de la classe. C’est ma gloire, mon espérance et mon soutien. J’étais dernier de la classe et l’instituteur vient et me demande ce que j’écris. Je lui dis : j’écris un poème monsieur. Montre-moi ça ! Oh, c’est pas mal. Il revient vers son bureau et dit aux autres enfants : 'Nous avons dans la classe un crétin de génie'", rigole Michel Peyramaure.  

Cofondateur de l’École de Brive

Après le collège, Michel Peyramaure travaillera dans l’imprimerie de son père puis deviendra journaliste pour La Montagne, avant de se consacrer ensuite exclusivement à l’écriture. Son premier roman historique Le Bal des ribauds paraît en 1955. Il devient ensuite l’instigateur de la fameuse École de Brive avec ses amis écrivains du terroir comme lui, Denis Tillinac (1947-2020) et Claude Michelet. Et c’est ensemble qu’ils auront l’idée de créer la Foire du Livre de Brive : "Denis Tillinac disait : Il y a autant d’écrivains en Corrèze que de veaux sous la mère. Ça c’est du Tillinac. Donc on s’est réunis, ces trois personnages ignorés se sont réunis et se sont dit on va monter une petite fête du livre. Cette fête c’était une petite table (…) où les libraires avaient aligné quelques bouquins. On en a vendu une dizaine je crois. Ça avait l’air d’intéresser les gens, c’était en plein air, sur un marché. Et le marché est devenu une foire finalement", se souvient Michel Peyramaure.

C’était en 1973, et depuis, cette foire, et son fameux "Train du livre", gastronomique et où l’alcool coulait à flots, emmenant les écrivains de Paris à Brive, est devenue l’un des plus grands rendez-vous littéraires en France, auquel bien sûr le centenaire participe toujours, même si aujourd’hui la littérature française le déçoit. "Ce qui me navre, c’est la pauvreté de la littérature française, par rapport par exemple à la littérature américaine. Il y a une sorte de chute, on ne lit pratiquement plus beaucoup de livres français. Alors si, il y a Houellebecq, mais à mon avis c’est le seul écrivain important à l’heure actuelle".  

Un brin provocateur, car quoi qu’il en dise, le presque centenaire reste attentif aux autres auteurs et curieux de la production littéraire actuelle. Et à la question du journaliste de France 3 Limousin lui demandant ce qu’on peut lui souhaiter pour les prochaines années, Michel Peyramaure répond en riant : "D’avoir justement des prochaines années". Il a publié l’an dernier Inventaire avant fermeture dans lequel il revient sur des fragments de sa longue vie d’homme et d’écrivain, et évoque avec émotion la vieillesse.  

Un grand âge qui ne l'a pas empêché ce samedi 29 janvier, à la veille de son centième anniversaire de dédicacer ses ouvrages lors d'une séance organisée à la médiathèque de Brive et à laquelle se sont pressés ses nombreux admirateurs, et une équipe de France 3.

 

FTR

L'occasion pour Michel Peyramaure de rassurer ses fans. Si le titre de son livre sonne comme un au-revoir, il l'assure, ce ne sera pas sa dernière œuvre.

"Inventaire avant fermeture" de Michel Peyramaure (DR / Calmann Lévy)

"Inventaire avant fermeture" de Michel Peyramaure – Éditions Calmann-Lévy – 2021 (281p/19,50 euros)

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Romans

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.