Quatre auteurs parrains de l'"Année de la BD" du ministère de la Culture démissionnent pour protester contre la fermeture des librairies

Florence Cestac, Catherine Meurisse, Régis Loisel et Jul ont démissionné collectivement pour dénoncer "l'incohérence et les contradictions des choix politiques" du gouvernement "à l'égard de la culture" à l'occasion du reconfinement. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'auteur de BD Jul le 18 octobre 2019. Il fait partie des quatre auteurs démissionnaires de leur rôle de "parrains" de la manifestation "Année de la BD" du ministère de la Culture.  (JOEL SAGET / AFP)

Quatre auteurs de bande dessinée qui parrainaient l'Année de la BD du ministère de la Culture ont annoncé samedi 31 octobre leur démission collective pour protester contre la fermeture des librairies.

Florence Cestac, Catherine Meurisse, Régis Loisel et Jul

"Nous avons décidé, devant l'incohérence et les contradictions des choix politiques à l'égard de la culture et des métiers du livre en ce temps de pandémie, de démissionner immédiatement de cette responsabilité", écrivent les auteurs dans un communiqué commun.

Il s'agit de Florence Cestac ("Harry Mickson", "Fille des oiseaux"), Catherine Meurisse ("Moderne Olympia", "Les Grands Espaces"), Régis Loisel ("Peter Pan", "Magasin général") et Jul ("Silex and the City", "Lucky Luke").

Une "mascarade vidée de son sens"

L'Année de la bande dessinée 2020 avait été prolongée par le ministère de la Culture jusqu'en juin 2021. "Cette manifestation officielle ne s'apparentant plus désormais qu'à une mascarade vidée de son sens, nous ne prendrons désormais plus part à aucune responsabilité en lien avec ces célébrations", écrivent les quatre auteurs.

Les appels en faveur d'une ouverture des librairies se sont multipliés depuis l'annonce mercredi soir 28 octobre par le président Emmanuel Macron d'un nouveau confinement contre la progression de l'épidémie de Covid-19. Ces magasins ne font pas partie de la liste des commerces dits "essentiels" autorisés par le gouvernement à rester ouverts. Ils peuvent toutefois effectuer des livraisons ou proposer le retrait de commandes à la porte du magasin ("click and collect").

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.