L'académie Goncourt remet ses prix du premier roman, de la nouvelle et de la poésie

L’académie Goncourt a remis ce jour ses récompenses pour un premier roman, un recueil de nouvelles et une œuvre poétique.

Présentoire de livres au Livres Paris 1919
Présentoire de livres au Livres Paris 1919 (LAURE BOYER / HANS LUCAS)

Marie Gauthier a reçu le Goncourt du premier roman pour "Court vêtue" (Gallimard), un court récit, troublant et sensuel, sur le désir.

L'écrivaine belge Caroline Lamarche a reçu de son côté le Goncourt de la nouvelle pour "Nous sommes à la lisière" (Gallimard), un ensemble de textes sur la relation entre l'homme et l'animal. Yvon Le Men a obtenu pour sa part le Goncourt de la poésie pour l'ensemble de son œuvre publiée aux éditions Bruno Doucey.

"Une nuit qui ne se dit pas"

"Court vêtue", publié en janvier, se déroule le temps d'un été dans un bourg poussiéreux et écrasé de chaleur. Félix, un adolescent de 14 ans en apprentissage, est hébergé par son patron dont la fille Gil (pour Gilberte), 16 ans, aime les hommes sans s'attacher à aucun.

"Elle se tenait droite, s'habillant court et clair, des vêtements simples qui n'entravaient pas son corps. Il n'y avait plus qu'à le laisser faire, l'offrir puisque la vie c'était ça. Elle voulait sentir les regards posés sur elle, être alerte, disponible. Il fallait que le désir ne s'arrête jamais", écrit Marie Gauthier.

Avec Gil, Félix connaîtra "une nuit magique, entre toutes. Une nuit qui ne se dit pas". A la fin de l'été, ne restera que le souvenir d'un moment qu'on croyait éternel.

L'an dernier, le Goncourt du premier roman avait été attribué à Mahir Guven pour "Grand frère" (Philippe Rey) et le Goncourt de la nouvelle à Régis Jauffret pour "Microfictions 2018" (Gallimard). Le Goncourt de la poésie avait été attribué à la Luxembourgeoise Anise Koltz.