"Nathanaël", le calvaire d'Anaïs Dariot, maman d'un fils alcoolique

Près d'un jeune sur deux de 18 à 25 ans a déjà été ivre. Il y a dix ans, ils étaient un tiers. On boit désormais pour le plaisir de l'ivresse, qui peut aboutir à des drames, comme celui d'Anaïs Dariot, invitée du Grand Soir 3 ce lundi 20 novembre.

France 3

Anaïs Dariot a écrit le livre Nathanaël, qui raconte la vie aux côtés de son fils qui a été alcoolique. "Il déteste le goût de l'alcool. Il ne boit pas avec ses amis. Et tout à coup, il s'est mis à boire tout seul comme s'il consommait de la drogue. Il buvait réellement pour perdre le contact avec la réalité", confie-t-elle dans le Grand Soir 3 ce lundi.

Cette mère de famille a eu besoin du conseil des Alcooliques anonymes. Ils lui ont dit "d'arrêter d'aller dans le conflit", que son fils "était malade et qu'il fallait le comprendre".

"Quand il boit, c'est monstrueux"

Le combat contre l'alcoolisme "a duré des années. Il y a eu sept années très difficiles, de drames, de violences", résume l'auteure du livre Nathanaël. Le déclic pour accepter une thérapie, c'est quand il se prend en charge lui-même. "Il a fallu passer par toutes ses phases d'affrontement, de pacification et d'abandon", se souvient-elle.

Aujourd'hui, son fils trentenaire "est sorti de l'alcoolisme, il est resocialisé, il travaille, il a des amis, il a grandi", conclut Anaïs Dariot.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une soirée étudiante à Besançon (Doubs), le 13 décembre 2011.
Une soirée étudiante à Besançon (Doubs), le 13 décembre 2011. (MAXPPP)