Cet article date de plus de quatre ans.

Pour Valéry Giscard d'Estaing, Jean d'Ormesson était le "pape" de l'Académie française

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Pour Valéry Giscard d'Estaing, Jean d'Ormesson était le "pape" de l'Académie française
FRANCE 3
Article rédigé par
France Télévisions

Jean d'Ormesson avait connu et fréquenté cinq présidents de la République, dont Valéry Giscard d'Estaing. L'ancien chef d'Etat s'est confié à France 3.

"Je faisais un peu le calcul : il y a un peu plus de 80 ans, Jean devait avoir 8 ans, et je devais avoir 7 ans. Nous avions un goûter d'enfants tout près d'ici, c'était la première fois que j'ai vu Jean d'Ormesson. C'était quelqu'un de fondamentalement joyeux, c'est-à-dire que ce n’était pas une joie inventée, ou calculée. Non, c'était sa nature", se souvient Valéry Giscard d'Estaing devant les caméras de France 3.

Le "pape" de l'Académie française

"Il venait à l'Académie française, dont il était le pape. Quand il prenait la parole, personne ne disait rien, personne ne l'a jamais contredit, et lorsqu'il intervenait, la discussion était terminée", confie l'ancien chef d'Etat.

Valéry Giscard d'Estaing a-t-il été le président dont l'écrivain a été le plus proche ? Ne l'était-il pas aussi de Mitterrand ou de Sarkozy ? Selon VGE, "non, [Jean d'Ormesson] n'a jamais été proche de Mitterrand et il n'a jamais été proche de Sarkozy. Non, il avait une curiosité, et sa curiosité l'amenait normalement à rencontrer les gens qui exercent ces fonctions, c'est tout à fait normal. Mais au point de vue personnel, au point de vue relationnel, au point de vue amical, au point de vue affection, c'était de moi qu'il était naturellement le plus proche depuis longtemps. (...) La disparition de Jean d'Ormesson, dans ma vie, c'est quelque chose de très important, parce que c'est un ami de toute ma vie, d'enfance, d'adolescence, la jeunesse, les événements de la vie, l'âge qui passe, etc. Et donc tout ceci s'interrompt, et ne se retrouvera jamais."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.