#marquepage du 29 juin 2022 : échos des livres glanés par Anne-Marie Revol

Découvrez en trois minutes, trois idées de livres, à dévorer… tout en vous amusant !

Article rédigé par
Anne-Marie Revol - franceinfo Culture
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Marque Page, la chronique d'échos littéraires d'Anne-Marie Revol (FRANCE TELEVISIONS)

Un nouveau numéro de Marque-Page : l’auteur qui se dissimule derrière ses quatre photos est une lointaine cousine de Yann Quéffelec. Delphine de Loisy, libraire à Dijon, chez Grangier, nous recommande la lecture d’Après l’océan, de Laurence Peyrin paru aux éditions Calmann Levy. Quant aux Instagrammeurs, ils nous invitent à lire La patience des traces de Jeanne Benameur publié par Actes Sud.

Ca fait quiiiiz !

L’écrivaine qui se dissimule derrière ses quatre clichés sait tout écrire : des chansons, des comédies musicales, des séries télé, des pièces de théâtre et même des films qu’elle réalise. Née à Paris, son adolescence entre les Etats-Unis et la France lui vaut d’avoir un pied sur chaque continent. Bachelière à 16 ans, elle écrit son premier roman à 15 ans. S’il n’est pas publié, les suivants le seront chez Stock, Flammarion ou Grasset et s’alignent aujourd’hui au nombre de douze. Lettres d’amour sans le dire sera même couronné du Prix du livre France Télévisions. Sa maîtrise de Lettres en poche, elle rejoint l’équipe de production de la série Caméra Café dont telle signe les soixante premiers épisodes. Auteure de nombreuses pièces de théâtre comme Le Vieux Juif blonde, elle a également co-écrit, avec le chanteur Sinclair, une comédie musicale pour enfants, Lili lampion. De son union passée avec le chanteur Patrick Bruel, elle a deux enfants qui vivent avec elle à Los Angeles depuis les attentats de novembre 2013 – elle ne se sent désormais "plus en sécurité en France." Elue "écrivain la plus sexy du monde" par le célèbre magazine américain Vanity Fair, elle vient de publier un très joli roman qui se passe à Naples et dont le "café sospeso" est prétexte à raconter sept histoires. Sept portraits aux goûts de poésie, d'humanité et bien sûr de… café ! Un roman exotique et délicat. Comme son autrice.

La libraire nous embarque aux USA...

Delphine Loisy, libraire à Dijon, chez Grangier, nous conseille "vivement" de découvrir Après l’océan, le dernier roman de Laurence Peyrin, édité par Calmann-Levy. En avril 1912, Letta et Molly Alistair, deux jeunes Anglaises débarquent seules à New York. "Elles devront affronter une ville hostile tout en apprenant à survivre avec la douleur de la perte de toute leur famille"... noyée dans le naufrage de l'insubmersible Titanic. Molly, la cadette, ravagée, est plongée dans un profond mutisme. Letta, l'aînée doit puiser très loin en elle pour survivre dans cette ville qu'elle n'aime pas. Obligée de travailler pour assurer leur quotidien, elle trouve un emploi qui va bouleverser sa vie... leur vie : vendeuse dans une "pharmacie mythique de Greenwich village, C.O. Bigelow." Après l'océan, est un très poignant roman sur la survie, le combat contre la folie, la résilience. "En plus on apprend plein de choses sur New-York !" Ce qui ne gâche rien, bien au contraire: foi de libraire !

... et les Bookstagrameurs au japon !

Récompensé par le jury de téléspectateurs de France Télévisions, La patience des traces de Jeanne Benameur (Actes Sud) a tout autant convaincu les Instagrammeurs. Simon, psychanalyste, a fait profession d'écouter les autres, au risque de faire taire sa propre histoire. À la faveur d'une brèche dans son quotidien – un bol cassé dans lequel il buvait depuis toujours son café – vient le temps du rendez-vous avec lui-même. Ce voyage intérieur passera par un vrai départ, "à l’autre bout du monde vers le Japon, ses paysages apaisants, sa douceur de vivre, ses cerisiers en fleurs, ses traditions de son art de guérison", explique @lafeeliseuse. Pour panser ses plaies, le pays du soleil levant lui offrira ses rituels, son art de réparer – l'ancestrale technique du kintsugi –, ses floraisons, ses merveilleuses étoffes tissées à la main... "Le temps. Le rythme. La transmission. Les marques. La permission. La délicatesse…", suggère @emerydolige. "Un beau roman d’apprentissage délicat de portée quasi universelle", affirme @chaquelivreestunefete.    

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Livres

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.