#marquepage du 24 novembre 2021 : échos des livres glanés par Anne-Marie Revol

Découvrez en trois minutes, trois idées de livres, à dévorer… tout en vous amusant ! 

Article rédigé par
Anne-Marie Revol - franceinfo Culture
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Marque Page, la chronique d'échos littéraires d'Anne-Marie Revol (FRANCE TELEVISIONS)

Un nouveau numéro de marque-page : l’auteur qui se dissimule derrière ses quatre clichés est l'incarnation de la littérature sans frontières. Stéphanie Gauthard, libraire à La Brède, nous offre à lire La carte Postale, d'Anne Berest, publié chez Grasset. Quant aux instagrammeurs, ils se sont tous emballés pour Rien ne t'appartient, signé de Nathacha Appanah (Gallimard). 

Et c'est r'parti pour un quiz !

L'écrivaine qui nous a adressé cette semaine ses quatre photos, est une globe-trotteuse. Diplômée de l'Ecole normale supérieure d'ULM, elle est agrégée de lettres classiques et spécialiste du marquis de Sade à qui elle a consacré un mémoire. Mariée à un Américain d'origine... roumaine, elle a vécu quelques années à Prague et à Londres, puis posé ses valises vingt-cinq ans aux États-Unis où elle a enseigné à la prestigieuse université de Yale. Auteure de très nombreuses fictions dont Le problème avec Jane (grand prix des Lectrices de Elle 2000) et Un brillant avenir (prix Goncourt des Lycéens 2008), elle était très attendue en cette rentrée avec son nouveau roman consacré à deux femmes que tout devrait opposer mais qu'un lien mystérieux unis... Trois derniers petits indices ? Elle aime se ressourcer en Bretagne, ne circule qu'à vélo et est une pro de David Hockney qu'elle connaît intimement... 

"La carte postale" : "Un roman en forme d'enquête"

La carte postale dont il est question ici est celle reçue le 6 janvier 2003 par la mère de l'autrice, Anne Berest. Totalement anonyme et représentant l'Opéra Garnier, elle ne mentionne que l'adresse du ou de la destinataire symbolisé par un "M." ainsi que quatre prénoms écrits les uns en dessous des autres: Ephraïm, Emma, Noémie et Jacques. "Ces prénoms ne sont autres que ceux de la famille de Myriam, la grand-mère d'Anne. Une grand-mère qui ne leur a jamais raconté l'histoire de sa famille", précise Stéphanie Gauthard qui préside aux destinées de la librairie Le jardin des mots, à La Brède. Anne va mener l'enquête et celle-ci va aboutir au camp d'extermination d'Auschwitz où toute sa famille a disparu en 1942. "Par ce livre, Anne Berest va permettre à quatre personne de sa famille de vivre à nouveau dans les mémoires." Un livre palpitant, aussi éclairant que poignant, à lire absolument pour ne jamais oublier la destinée du peuple juif.

"Rien ne t’appartient" de Nathacha Appanah: le grand coup de coeur des Instagrammeurs

"Tara vient de perdre son mari Emmanuel. Retrouvé mort sur son canapé, elle va errer dans cet appartement comme une âme en peine. Solitude et chagrin ne sont pas sa seule compagnie", affirme @rocabi_lit. En elle, quelque chose se soulève et gronde comme une vague. C’est la résurgence d’une histoire qu’elle croyait étouffée, la réapparition de celle qu’elle a été, enfant : une fille avec un autre prénom, qui aimait rire et danser, qui croyait en l’éternelle enfance jusqu’à ce qu’elle soit rattrapée par les démons de son pays. "On plonge avec elle, en apnée, pour dénouer les fils et tenter de ne pas perdre pied…", précise @adel_s_en_mele. "Une bombe ! Un coup de cœur monumental !", jure @seb_sam_b.  

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Livres

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.