Cet article date de plus d'un an.

Le Saint-Siège enverra un nanolivre dans l'espace en juin : ce qu'il faut savoir sur ce projet littéraire insolite

La mission spatiale est une façon pour le Vatican de diffuser, à l'échelle de la planète, le "message d'espérance" adressé au monde le 27 mars 2020 au cœur de la pandémie du Covid-19.
Article rédigé par Falila Gbadamassi
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min
Le pape François lors de la bénédiction Urbi et Orbi sur une place Saint-Pierre déserte en pleine pandémie du Covid, le 27 mars 2020, au Vatican, à Rome, en Italie. (MONDADORI PORTFOLIO / MONDADORI PORTFOLIO EDITORIAL)

Une prière du pape François dans l'espace. C'est l'objet de la mission Spei Satelles (SpeiSat) qui mettra en orbite un petit satellite, contenant le nanolivre intitulé Pourquoi êtes-vous si craintifs ? N'avez-vous pas encore la foi ? inspiré du message du pape (Statio Orbis) du 27 mars 2020, partagé pendant la pandémie du Covid-19. Il quittera la terre le 10 juin 2023, transporté par une fusée Falcon 9 qui décollera de la base de Vandemberg en Californie, aux Etats-Unis.

SpeiSat opèrera "dans l’orbite basse de la Terre, à environ 525 km d’altitude". La mission spatiale Spei Satelles, que l’on peut traduire par "satellite de l’espérance", mais qui en latin signifie "gardien de l’espérance", indique le journal du Vatican L'Osservatore Romano, a été annoncé le 27 mars dernier par Mgr Lucio Adrián Ruiz, secrétaire du dicastère pour la communication.

L'Agence spatiale italienne assure la coordination de la mission en aidant les mots du pape "à franchir les frontières de la Terre et (à) atteindre, depuis l'espace, le plus grand nombre possible de femmes et d'hommes de notre planète en difficulté", a précisé le président Giorgio Saccoccia dans le communiqué du Vatican (lien en anglais). Spei Satelles entend ainsi "porter le message et l’appel (à l'espérance) formulés" par le souverain pontife à destination de l'humanité, explique-t-on au Saint-Siège. Le satellite et le nanolivre, qu'il transporte, seront bénis le 29 mai par la pape François, avant les derniers ajustements techniques. En attendant, voilà ce qu'on sait de cette aventure littéraire et spatiale. 

Pourquoi un message du pape dans l'espace ?

La mission spatiale a été mise en place pour commémorer et amplifier la prière présidée par le Pape François sur le parvis de la basilique Saint-Pierre, le 27 mars 2020, en pleine pandémie du Covid-19. "Le Pape François monte sur la place Saint-Pierre à Rome, seul, sous la pluie, dans le noir du soir, pour prier avec et pour toute l’humanité frappée par le Coronavirus", rappelle-t-on sur le site de la mission. "Ce moment-là est resté gravé dans nos mémoires et nos cœurs, pour toujours et dans l’histoire, et est devenu une icône d’espérance."

Du livre au nanolivre 

Le message du pape a donné lieu à ouvrage intitulé Pourquoi avez-vous peur ? Vous n'avez pas la foi ?, publié en 2021. Selon L'Osservatore Romano, le livre a été imprimé à 150 000 copies et en sept langues. Un an plus tard, une "mini" édition (10 x 8 cm) du livre, baptisé Semence d'espoir (Seed of Hope), a été déposée à la Réserve mondiale de semences du Svalbard (la Svalbard Global Seed Vault) sur l'île norvégienne de Spiztberg. Grâce au Conseil national de la recherche (CNR) en Italie, le texte est maintenant un nanolivre, c'est-à-dire que "les images, les discours et les lectures du moment de prière célébré par le Pape François le 27 mars 2020" ont été gravés sur une plaque de silicium de 2x2x0,2 mm. Comme il est impossible d'imprimer "sur un support si petit, il a fallu utiliser un 'code' : les contenus digitaux du livre papier ont été traduits via le code binaire". Ce concentré de technologie voyage dans l'espace grâce à un petit satellite, un CubeSat 3U.

Une mission spatiale

"Spei Satelles" (SpeiSat) pèse moins de 3kg et ses dimensions sont les suivantes : 34x10x10 cm. A l'extérieur, il est couvert de panneaux solaires qui produisent l'électricité dont il a besoin pour fonctionner. Outre le nanolivre et un fichier "avec tous les messages d’espérance à diffuser pendant son voyage", SpeiSat contient deux ordinateurs de bord, deux systèmes de communication en bande UHF, une batterie pour stocker l’énergie, des magnets "pour stabiliser le satellite après le lancement" ainsi que des sondes. 

Clin d'œil aux jeunes 

Spei Satelles est "un projet qui, dans son originalité, fait rêver les plus jeunes", peut-on lire sur le site de la mission. Des jeunes que l'on retrouve à plusieurs étapes du projet. Notamment dans le volet technique. Le CubeSat a été réalisé par les étudiants, sous la direction du professeur Sabrina Corpino, de l’Ecole polytechnique de Turin. 

"Nous avons tous besoin d'espoir, en particulier les jeunes, a résumé Mgr Roberto Repole, l'archevêque de Turin. Garder l'espoir est la mission de ce satellite conçu et construit par des jeunes ; raconté par des jeunes dans le logo de la mission ; habité – nous l'espérons – par de nombreux jeunes qui voudront s'engager avec le Pape, par le biais du site, à semer l'espérance et la fraternité là où ils vivent."

Une aventure à vocation mondiale

Spei Satelles se veut une aventure participative et planétaire. Le site permettra, non seulement, de suivre le voyage du satellite mais il propose aussi d'avoir son nom qui "vole autour de la Terre" grâce à ce voyage spatial. La proposition est la suivante et s'adresse particulièrement aux jeunes : "devenir gardien d’espérance avec le pape François". Ceux qui le souhaitent doivent remplir un formulaire, disponible sur le site, et s'engager "à mener une bonne action sur la terre, pour diffuser l’espérance et la fraternité". Ils obtiendront leur carte d'embarquement symbolique mais surtout leur nom inscrit sur une puce qui sera à bord du SpeiSat. 

En outre, dans l’espace, le satellite transmettra un signal radio qu'il est possible de capter facilement avec "un équipement simple", assure-t-on sur le site du projet. Il contiendra "des messages d’espérance en provenance du Pape".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.