Le groupe de Vincent Bolloré, Vivendi, en négociations exclusives pour racheter la grande librairie indépendante l'Écume des pages

La grande librairie de Saint-Germain-des-Prés est détenue à 100% par la société L'Expansion scientifique française.
Article rédigé par franceinfo Culture avec AFP
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 1 min
L'Écume des pages est une grande librairie du boulevard Saint-Germain à Paris. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Le groupe Vivendi, contrôlé par Vincent Bolloré, a indiqué mardi 4 juillet être entré en "négociations exclusives" avec la société ESF, en vue du rachat de la librairie indépendante parisienne l'Écume des pages, confirmant une information du journal Le Monde. "Cette acquisition est, pour l'instant, soumise à plusieurs conditions suspensives telles que la réalisation d'audits et la consultation des salariés", a précisé le géant français des médias à l'AFP. "Elle s'inscrit dans la politique du groupe Vivendi, qui a investi, de longue date, dans le développement de lieux de culture emblématiques, comme l'Olympia et le Théâtre de l'Œuvre", a-t-il poursuivi.

Située en plein cœur de Paris, dans le VIe arrondissement, L'Écume des pages est une librairie indépendante, détenue à 100% par la société L'Expansion scientifique française. Contactée par l'AFP, la librairie n'avait pas réagi mardi après-midi.

Selon le journal du soir, Vivendi serait prêt à débourser 4,5 millions d'euros. Une information à laquelle le groupe, futur propriétaire de Hachette Livre, n'a pas souhaité réagir. Vivendi a récemment mis la main, via Lagardère, sur les médias Europe 1, le JDD, et Paris Match. Plus tôt dans la journée, il a annoncé des négociations exclusives entre son groupe de magazines Prisma Media et le groupe Figaro pour la cession du titre de presse people Gala. Une opération réalisée sous la contrainte de Bruxelles. Il doit également finaliser la cession du groupe d'édition Editis au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, selon un accord présenté mi-juin.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.