Larousse retire de la vente un dictionnaire breton truffé de fautes

Le petit guide de Larousse "Le breton dans votre poche" a suscité la colère des Bretons : il est truffé de fautes et de traductions incorrectes. L'auteur parle de "maladresse plutôt que de malveillance" et les éditions Larousse ont transmis le livre à l'Office public de la langue bretonne. Elles ont également confirmé l’arrêt de la commercialisation.

(Le breton dans votre poche crée la polémique © Larousse)

A l’origine, Le breton dans votre poche  était présenté comme "un petit guide pour acquérir et réviser l'essentiel du vocabulaire breton". Destiné à tous, "débutants, faux-débutants, élèves en collège et lycée", l’idée était plutôt bonne. Malheureusement, alors que l’on devait y trouver "des notes et astuces pour mémoriser certaines constructions, déjouer les pièges classiques ou résoudre les difficultés grammaticales", on y découvre surtout de nombreuses fautes et des traductions complètement erronées.

 

"Peseurt teodoù komz out ?" est censé vouloir traduire "Quelle langue parles-tu ?" Or, le mot pour traduire langue, est celui utilisé pour parler de l'organe. Ce qui donnerait, en français littéral : "Quelle langue anatomique parler toi ?" Autre exemple : "Bezañ plijet eo dezhiñ degemer" signifierait selon l'auteur, Jean-René Bonnissent, "Elle aime recevoir". Or cette phrase, où se mêlent erreurs de syntaxe et d'orthographe, ne veut rien dire.

Les réseaux sociaux en émoi

Sur les réseaux sociaux, les bretonnants se déchaînent et l’adresse mail des éditions Larousse tourne en boucle, tout comme leur compte twitter. 

Sur le groupe “Facebook e brezhoneg”, les réactions sont aussi nombreuses et pas toujours tendres. Parmi les indignés, Mikaël Bodloré-Pennalez, auteur de nombreux atlas en breton, et Hervé Sébille-Kernaudour, qui a reçu le prix du brittophone de l’année en 2015, et qui qualifie ce guide de “scandale absolu”.

L'auteur s'explique

Contacté par France Bleu, l'auteur reconnaît qu'il ne maîtrise pas la langue bretonne. "En gros, je ne suis rien mais j'ai transgressé le système. Mais si ce petit ouvrage, haï autant que je peux haïr ma propre incapacité, pouvait relancer de plus grandes choses, il aura servi tout de même. Je pense qu'il y a eu plus de maladresse que de malveillance. "  Jean-René Bonnissent se justifie également en disant qu’il a écrit ce guide comme il parle au quotidien et que ce n'est pas lui qui est venu chercher Larousse, mais l'inverse.

La lourde tâche de l’Opab

C’est l'Office public de la langue bretonne (Opab) qui a été chargée de relire l'ouvrage avant une nouvelle édition. Un travail conséquent, selon Olier Ar Mogn, le directeur scientifique de l'Opab qui a déjà parcouru l'ouvrage. "C’est plutôt au niveau des phrases que le problème existe puisque la syntaxe des phrases est carrément massacrée. " La tâche s’avère donc être longue car c’est plus un travail de réécriture que de relecture qui attend l’Opab.

La personne qui a rédigé cela ne maîtrise pas la langue et il y a eu un défaut de vérification évident, constate Olier Ar Mogn, directeur scientifique de l'Opab
--'--
--'--

De son côté, Visant Roué, directeur du pôle étude et développement à l’Opab reconnaît qu’il "y a effectivement pas mal de fautes qui sont assez remarquables. C’est même étonnant de la part d’un éditeur de renom. Cela aurait été une bonne chose d’assurer une relecture de l’ouvrage avant sa parution. "