Cet article date de plus d'un an.

La revue intellectuelle "Le Débat" s'arrêtera cet automne, annonce son fondateur Pierre Nora

Fondée en 1980, cette revue bimestrielle fut un lieu essentiel de la vie intellectuelle française, publiant des plumes prestigieuses telles que Claude Lévi-Strauss, Mona Ozouf ou Milan Kundera.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Pierre Nora à l'Elysée en 2013.  (MICHEL EULER / POOL)

Clap de fin après 40 ans de publication. La revue intellectuelle Le Débat s'arrêtera cet automne a annoncé son fondateur et directeur, Pierre Nora, dans un entretien publié sur le site internet du Point (article abonnés). "C'était le moment, pour nos 40 ans. Nous avons choisi de nous saborder", déclare l'historien, expliquant notamment cet arrêt par "la baisse (...) de la curiosité à horizon encyclopédique" et non par une raison "financière".

Créée en mai 1980, Le Débat est "une revue d'analyse et de discussion ouverte à toutes les réflexions qui permettent de mieux comprendre les évolutions du monde contemporain", décrit son éditeur, Gallimard. De fréquence bimestrielle, elle fut un lieu essentiel de la vie intellectuelle française, se voulant "loin de toute attitude sectaire, prophétique, partisane, étroitement militante et purement protestataire". Elle publia des plumes prestigieuses telles que Claude Lévi-Strauss, Mona Ozouf ou Milan Kundera.

La collection de livres se poursuit

"Nous vendons tous les deux mois 3 000 à 4 000 exemplaires, ce qui était déjà le cas en 1980, or le nombre d'étudiants a bondi. Dans un monde que nous aurions espéré, ces étudiants, leurs professeurs, nous auraient lu", déplore Pierre Nora.
Le membre de l'Académie française estime aussi que l'"alliage" entre "culture des humanités", "rapport à la cité" et "savoir des sciences humaines" que la revue "supposait pour sa lecture" "s'est défait".

Notre revue s'appuyait aussi sur un triptyque, histoire, politique, société, qui s'est sans doute déplacé vers d'autres centres d'intérêt : la biodiversité, le spécisme, les crises climatiques, sanitaires. À d'autres de le faire !

Pierre Nora

Le dernier numéro, sur le thème des révolutions, paraîtra en septembre. Gallimard poursuivra en revanche la collection de livres "Le Débat", qui compte 80 titres.

Cet arrêt intervient après celui, fin 2018, d'une autre revue éditée par Gallimard, Les Temps modernes. "La revue Les Temps modernes n'était plus ce lieu de rencontre entre le questionnement critique et le public", avait estimé l'éditeur Antoine Gallimard en mai 2019, mettant aussi en avant "le recul des ventes et des abonnements" pour justifier la disparition de la revue fondée après guerre par Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Livres

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.