La poétesse Kiki Dimoula, figure importante de la littérature grecque contemporaine, est morte à 89 ans

Kiki Dimoula, l'une de plus importantes poétesses contemporaines grecques, lauréate du Prix européen de littérature, est décédée samedi soir à Athènes à l'âge de 89 ans.

Photo de couverture du récueil de poésie \"Le peu du monde\" de Kiki Dimoula (Gallimard).
Photo de couverture du récueil de poésie "Le peu du monde" de Kiki Dimoula (Gallimard). (DR)

Kiki Dimoula est décédée samedi soir le 22 février à Athènes à l'âge de 89 ans. Membre de l'Académie grecque, lauréate du Prix européen de littérature (décerné en 2009), elle était considérée comme l'une des plus importantes poétesses contemporaines grecques. 

Le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis a exprimé "sa tristesse" dans un message publié sur Twitter : "La Grèce perd l'une de plus importantes voix poétiques et nous tous un morceau de sa sensibilité", a-t-il écrit.

Art de la métaphore

Née à Athènes en 1931, Kiki Dimoula a publié son premier recueil à l'âge de 21 ans avant de s'imposer sur la scène poétique de son pays surtout après les années 1980 avec son regard particulier sur la vie quotidienne, les femmes, la solitude, la vanité, le temps.

Un regard bien moins lumineux ou combatif de ses pairs Ritsos, Elytis ou Séféris, explique son éditeur Gallimard dans l'un de ses recueils : "Le temps, l’absence, la mort, le néant sont les constantes d’une thématique très noire, mais incarnées dans des scènes quotidiennes inattendues, éclairées par un art de la métaphore et une invention verbale inouïs". 

Auteure du recueil "Le peu du monde"

Ses recueils les plus connus, Le peu du monde (1971) et Je te salue Jamais (1988) ont été traduits en plusieurs langues étrangères. 

Couverture du récueil de poésie \"Le peu du monde\" de Kiki Dimoula.
Couverture du récueil de poésie "Le peu du monde" de Kiki Dimoula. (GALLIMARD)

La poésie garde une place considérable en Grèce. Les grands poètes grecs Georges Seféris et Odysséas Elytis ont été lauréats du prix Nobel de littérature en 1963 et 1979 respectivement. Le décès de Kiki Dimoula intervient un mois après celui de Katerina Anghelaki-Rook, une autre voix importante de la poésie grecque de l'après la Seconde guerre mondiale.