Figure emblématique de la chanson française, Marcel Amont sort son premier roman à 92 ans

Le chanteur aux multiples facettes publie "Adieu la belle Marguerite", un roman d'aventure qui se déroule dans la vallée d'Aspe et le Bordeaux de son enfance.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Marcel Amont à Pau, le 6 février 2020 (GAIZKA IROZ / AFP)

On ne le présente plus, mais il est toujours là où on ne l'attend pas. A 92 ans, Marcel Amont sort son premier roman Adieu la belle Marguerite aux éditions Cairn. L'aventure d'un paysan aspois devenu aviateur qui tombe amoureux de la fille d'un chatelain, sur fond de Seconde Guerre mondiale. Une histoire dans l'Histoire où l'on reconnaît sa chère vallée d'Aspe ou encore les rues de son enfance à Bordeaux.

Anticipant les mauvaises langues, Marcel Amont se défend d'avoir été superficiel dans son travail d'écriture et de profiter de sa notoriété de chanteur. Il a travaillé avec "sérieux" comme n'importe quel romancier, confie-t-il. "Ce n'est pas le roman d'un chanteur, je me suis documenté sur l’histoire de la guerre et sur l’histoire de l’aviation qui a eu une très grande importance dans le Sud-Ouest particulièrement à Pau." 

Si on veut qu’il y ait un peu de muscle, un peu de chaire, il faut investir une partie de soi dans le roman

Marcel Amont

Monstre sacré du music hall, Marcel Amont, qui peut s'enorgueillir d'une carrière longue de plus de 70 ans, était encore sur scène il y a peu. Opérettes, émissions de télé populaires, tournées internationales, le chanteur ne s'est jamais vraiment arrêté à tel point qu'on se demande d'où vient l'incroyabe énergie dont il fait preuve. Il avoue s'être lancé dans l'écriture d'Adieu ma belle Marguerite durant le confinement. "Je m'ennuyais, raconte-t-il dans une interview accordée à la Dépêche du midi. Mes tournées étaient annulées. Rester inactif n'est pas dans ma nature. Il fallait que je m'occupe. De là à écrire un pavé de 200 pages, j'en suis le premier étonné,"  s'amuse-t-il.

Un cadeau de Georges Brassens

Ce compagnon de scène d'Edith Piaf, de Serge Gainsbourg ou encore de Juliette Gréco, n'a pas pour autant abandonné la musique avec son roman. Adieu la belle Marguerite est en effet le titre d'un air béarnais que fredonnait le grand-père du héros... Nous voilà rassurés.

L'une des chansons qui a marqué sa vie à lui s'intitule Le chapeau de Mireille. Un cadeau de Georges Brassens en 1975 alors que sa carrière s'essouflait un peu. Cette chanson est depuis cette date de tous ses récitals.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Livres

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.