Emmanuel Macron a tranché contre l'entrée de Rimbaud au Panthéon aux côtés de Verlaine

Alors qu'une pétition d'intellectuels soutenue par Roselyne Bachelot demandait l'entrée d'Arthur Rimbaud au Panthéon avec Verlaine, le président Macron a rejeté l'idée, à laquelle s'opposait la famille du poète

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La tombe d'Arthur Rimbaud au cimetière de l'Ouest de Charleville-Mézières (Ardennes) (FRANCOIS NASCIMBENI / AFP)

Emmanuel Macron a rejeté l'idée de faire entrer Arthur Rimbaud au Panthéon, respectant l'opposition de la famille du poète, en dépit d'une pétition publique en ce sens, a annoncé le chef de l'Etat dans une lettre dont l'AFP a obtenu copie jeudi 14 janvier.

"Je ne souhaite pas aller à l'encontre de la volonté manifestée par la famille du défunt. La dépouille d'Arthur Rimbaud ne sera pas déplacée", écrit le chef de l'Etat à l'avocat de la famille dans un courrier daté de mercredi 13 janvier.

Le poète "restera inhumé aux côtés des siens, dans le caveau familial du cimetière de Charleville-Mézières, sa ville natale et dernière demeure", ajoute Emmanuel Macron, rendant au passage hommage à une "figure majeure de la littérature française, poète incontournable et esprit rebelle" dont "le nom perdure dans notre histoire". 

Rappelant que l'entrée au Panthéon vise à "honorer des personnalités dont les engagements publics sont identifiés à la transmission des valeurs de la République", le président Macron explique que "compte tenu du rôle particulier que joue le Panthéon dans la construction d'une mémoire républicaine partagée", il ne "souhaite pas aller à l'encontre de la volonté manifestée par la famille du défunt".

La famille "très touchée"

"Le président Macron a respecté les voeux de la famille. C'est un geste qu'elle n'attendait pas et qu'elle apprécie. Nous sommes évidemment très touchés par l'humanité avec laquelle Emmanuel Macron a traité ce dossier. Il a su passer outre les lobbies intello parisiens", a réagi Me Emmanuel Ludot, avocat de la famille Rimbaud, à l'AFP.

Une pétition en faveur de la panthéonisation de Rimbaud, signée d'ex-ministres de la Culture et de personnalités du monde intellectuel, avait reçu le soutien de l'actuelle ministre Roselyne Bachelot mais l'arrière-petite-nièce du poète Jacqueline Teissier-Rimbaud avait exprimé son opposition à son entrée au Panthéon conjointement avec Paul Verlaine.

La famille et l'association Les Amis de Rimbaud étaient opposés à la panthéonisation

Si les deux poètes font ensemble leur entrée au Panthéon, "tout le monde va penser homosexuels mais ce n'est pas vrai. Rimbaud n'a pas commencé sa vie avec Verlaine et ne l'a pas terminée avec lui, ce sont juste quelques années de sa jeunesse", avait estimé Jacqueline Teissier-Rimbaud, sollicitée par l'AFP. "Rimbaud est né à Charleville-Mézières, il reste à Charleville-Mézières, avec toute sa famille", avait-elle insisté, précisant que son fils et ses petits-enfants partageaient son point de vue. L'arrière-grand-père de Jacqueline Teissier-Rimbaud était Frédéric, le frère aîné de l'auteur des Illuminations.

L'association Les Amis de Rimbaud s'y opposait également : "Associer Rimbaud et Verlaine de façon définitive, ad vitam aeternam, n'est pas envisageable, c'est sans doute exagéré", avait estimé son président Alain Tourneux. "Arthur Rimbaud avait rompu (avec Paul Verlaine) et ne voulait plus évoquer cette période des quatre années où il l'avait côtoyé. Il tenait absolument à vivre une autre vie, ce qu'il a fait en partant en Afrique", où il a vécu avec une jeune femme, expliquait-il à l'AFP.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.