Disparition de la classe moyenne : la faute au "libéralisme"

Christophe Guilluy, géographe qui publie le livre "No Society : la fin de la classe moyenne occidentale", est l'invité du Soir 3 lundi 15 octobre.

France 3

"No Society, c'est la citation célèbre de Margaret Thatcher dans les années 80 avec cette idée qu'il fallait remettre en cause l'État-providence et rompre un lien essentiel entre le haut et le bas", explique Christophe Guilluy, auteur du livre No Society : la fin de la classe moyenne occidentale.

Monde d'en bas de plus en plus fragilisé

"Malheureusement, la dirigeante britannique a été entendue au-delà de ce qu'elle espérait. Ça touche l'ensemble des pays occidentaux. Il y a un monde d'en haut qui se structure et un monde d'en bas de plus en plus fragilisé et qui n'est pas spécifiquement pauvre", ajoute le géographe. "On a bien ce socle majoritaire que représentait la classe moyenne qui se fragilise".

En 2000, Christophe Guilluy évoquait les fractures françaises. 18 ans après, il s'attaque à une France mise à l'écart à cause du "libéralisme, idéologie qui s'est emparée des élites occidentales, et qui a fragilisé le monde ouvrier, mais aussi les zones rurales, les villes moyennes". Le géographe a constaté que ces "catégories de Français modestes étaient attachés à la solidarité, à l'État-providence" et il faut prendre cela en compte pour ne pas exclure cette France de la société.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le livre de Christophe Guilluy
Le livre de Christophe Guilluy (France 3)