De Jaurès à Brasillach, une partie de la bibliothèque privée de François Mitterrand vendue aux enchères à Paris

Un millier d'ouvrages, sur les 20 000 que comptait la collection personnelle de l'ancien chef de l'État, sont vendus lundi 29 et mardi 30 octobre.

François et Danielle Mitterrand en 1965.
François et Danielle Mitterrand en 1965. (L'HUMANITE/KEYSTONE-FRANCE / GAMMA-RAPHO)

Un millier de livres issus de la bibliothèque personnelle de François Mitterrand sont vendus aux enchères à la maison de vente Piasa, à Paris, lundi 29 et mardi 30 octobre. Il s'agit d'une partie seulement de sa collection personnelle, qui comptait 20 000 ouvrages. 

D'ici lundi, le public et les acheteurs potentiels peuvent profiter de l'exposition et découvrir une facette plus personnelle de l'ancien président de la République, presque intime. 

"Peu de gens connaissent François"

Les futurs acheteurs se présentent par dizaines. Ils consultent le catalogue. "Une belle bibliothèque d'homme de droite", ironise un visiteur. "À part Brejnev qui tâche un peu, il y a Barrès, Brasillach..."  

"Il faut pouvoir aller chercher un auteur d'extrême droite dans sa bibliothèque, pour savoir de quoi on parle, pour savoir que ça existe", tempère une autre acquéreuse potentielle.

"Tout le monde connaît Mitterrand, peu de gens connaissent François", explique Jean-Baptiste de Proyart, expert de la vente.

François est français, il représente la France dans toute son étendue, de droite comme de gaucheJean-Baptiste de Proyart, expert de la venteà franceinfo

Pour donner un prix aux livres de François le Français, le travail a été long, méticuleux : "Quatre mois, raconte-t-il. "Je l'ai découvert dans son intimité en cataloguant ses livres, en les décrivant."

Pas de censure

"J'ai appris une chose très importante, c'est qu'il ne se censure pas, et il ne censure pas les autres, poursuit Jean-Baptiste de Proyart. "Il a le passé qu'on connaît, que Pierre Péan a révélé, à l'époque de Vichy, mais ce n'est pas quelqu'un qui a cherché à camoufler son histoire. Cette vente rend son intimité publique. Il n'y a pas de censure. Il y a des textes de Jaurès, il y a du Léon Blum, il y a l'édition originale de L'Internationale..." 

Au total, près de 750 lots sont en vente, pour une estimation totale de 450 000 euros.