"Hypnose - Art et hypnotisme de Mesmer à nos jours", un beau livre où science et irrationnel inspirent les artistes

Catalogue de l'exposition éponyme qui se tiendra à nouveau dès le déconfinement au Musée d'arts de Nantes et jusqu'au 14 mars 2021, une très belle édition érudite sur un sujet hors des sentiers battus.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Franz Anton Mesmer hypnotisant une patiente, anonyme, circa 1790.  (Beaux-Arts de Paris Editions - Musée d'arts de Nantes)

Cet ouvrage richement illustré et au texte instructif retrace le traitement dans les arts plastiques de l’hypnose. Apparue à la fin du XVIIIe siècle, cette pratique peu ou prou médicale, suscite toujours débat et a abondamment inspiré les artistes. Le phénomène s’est exporté tant dans la caricature que la peinture, pour devenir une source d’inspiration à part entière, graphique, cinématographique ou événementielles, que retrace cette magnifique édition, catalogue de l'exposition intitulée "Hypnose - Art et hypnotisme de Mesmer à nos jours" qui se tiendra dès que possible au Musée d'arts de Nantes, jusqu'au 14 mars 2021.

Fluide naturel

Dix ans avant la Révolution française, le médecin viennois Franz Anton Mesmer s’installe à Paris, détenteur d’une nouvelle théorie et pratique thérapeutique, le magnétisme animal, qui deviendra l’hypnotisme. La découverte reste jusqu’à aujourd’hui défendue par ses adeptes et dénoncée par ses détracteurs. Reste que dès le XVIIIe siècle, les artistes se sont emparés du sujet, de l'estampe aux performances artistiques contemporaines, en passant par Gustave Courbet, Marcel Duchamp, le cinéma ou l’art psychédélique, cinétique et les performances.

Les arts, plastiques, musicaux ou scéniques ne relèvent-ils pas intrinsèquement de l’hypnose, par le regard, l’attention qu’ils focalisent, dans une contemplation méditative ? Une œuvre aspire l’attention en détachant le spectateur et/ou l’auditeur, de son environnement immédiat, en le projetant dans un ailleurs, mais aussi son intériorité. Un rapport à la source de l’hypnose, théorisé et mis en pratique par Mesmer, puis ses successeurs. Il partait de l’influence des astres sur l'homme, en en déduisant la présence d'un fluide dans la nature, qu’il fallait "régulariser" chez le patient, grâce à un praticien expérimenté, pour le "guérir" de ses maux.

Art optique

Une telle théorie, qui connut un succès florissant au XVIIIe siècle en France et en Angleterre, ne pouvait qu’engendrer scepticisme dans la patrie des Lumières. Il en résulte une foule de caricatures savoureuses. Puis la médecine du XIXe siècle s’est emparée de ces recherches empiriques, avec Charcot, dont les travaux sur l’hystérie et les troubles psychiques engendrèrent une foule de représentations picturales, avec des tableaux célèbres de Georges Moreau de Tours, ou Gustave Courbet. Théorie et thérapeuthique archaïque de la psychanalyse freudienne, l’hypnose s’est exportée dans des démarches artistiques propres, au-delà de la représentation des praticiens ou de leurs patients.

Gustave Courbet, La Voyante ou La Somnambule, vers 1855, huile sur toile, 47 x 39 cm, Besançon, Musée des beaux-arts et d’archéologie, (© Musée des beaux-arts et d'archéologie de Besançon, Photo C. Choffet)

Marcel Duchamp en fut le principal initiateur avec ses spirales hypnotiques, qui influenceront tout un art optique, et en premier lieu l’art cinétique, puis l’art populaire des affiches de concerts psychédéliques des années hippies, aux parfums psychotropes. Le cinéma est aussi essentiel. Art hypnotique par excellence, il engendra des films qui font directement appel à l'hypnose, comme Cœur de verre (1976) de Werner Herzog, où les acteurs auraient été hypnotisés lors du tournage. Des installations et performances contemporaines sont aussi importantes. Les séances de Mesmer en étaient annonciatrices dans leur mise en scène, avec le bac rempli d’eau autour duquel tournaient les patients sous l’emprise envoûtante de la musique d'un harmonica de verre. Sans parler des spectacles de magie qui s’emparèrent de l’hypnotisme à partir du XIXe siècle, toujours prisés.

"Bandeau-Hypnose" de Joel-Stein,  pour l'exposition "Hypnose - Art et hypnotisme de Mesmer à nos jours" au  Musée d’art de Nantes du 16 octobre 2020 au 14 mars 2021. (Joel-Stein / Musée d'arts de Nantes)

Autant d’expressions d’une découverte tenue pour scientifique par certains, ou relevant du charlatanisme pour les autres, mais fascinante pour tous. L’exposition du musée de Nantes et son catalogue en donnent toutes les variantes dans l’art, avec une iconographie jamais rassemblée à ce jour, et un texte qui en explique toutes les déclinaisons. Hypnotique !

Première de couverture de "Hypnose - Art et hypnotisme de Mesmer à nos jours" de Pascal Rousseau. (Beaux-Arts de Paris Editions – Musée d’arts de Nantes)

Hypnose - Art et hypnotisme de Mesmer à nos jours
Pascal Rousseau
Beaux-Arts de Paris Éditions – Musée d’arts de Nantes
Relié, 368 pages aux nombreuse illustrations couleur et noir et blanc
39 €

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.