Au Salon Livre Paris, deux auteurs nous livrent leur bibliothèque européenne idéale

Au Salon du livre, Hannelore Cayre et Olivier Truc, deux auteurs de romans noirs, ont présenté leurs polars européens préférés. Avec l'Europe en invitée star du Salon, les écrivains sont amenés à discuter littérature européenne et politique.

Entrée de la Scène Europe au Salon du Livre de Paris 2019.
Entrée de la Scène Europe au Salon du Livre de Paris 2019. (Manon Botticelli)
En 2019, le Salon du Livre est 28 étoiles. Cette année, ce n'est pas un pays mais l'Europe qui est l'invitée d'honneur de cet événement littéraire annuel. "Livre Paris souhaite célébrer à ses manières la richesse et la pluralité du patrimoine littéraire du continent européen", introduit la présentation du Salon. Un choix qui fait écho aux débats sur le Brexit en cours et aux élections européennes à venir. Cette programmation serait un moyen de "faire entendre la voix des auteurs et intellectuels qui oeuvrent pour le devenir de l'Europe". Parmi les temps forts à venir : la venue du romancier italien Erri de Luca et de l'écrivain espagnol Javier Cercas. 

Pour les auteurs, cet événement est l'occasion de questionner leurs rapports à l'Europe, ainsi que l'existence d'une littérature européenne. Sur la scène Europe toute de bleu vêtue, deux auteurs de romans noirs ont présenté leur "bibliothèque européenne idéale". 

"Je raconte des parcelles d'Europe"

Le romancier et journaliste Olivier Truc s'est prêté à l'exercice. Il place dans sa bibliothèque européenne "Chacun sa vérité" de Sara Lövestam (Robert Laffont), un thriller suédois dont le rôle principal est tenu par un demandeur d'asile iranien. 
L'oeuvre d'Olivier Truc est-elle européenne ? "Je raconte des parcelles d'Europe", avance-t-il. Dans son dernier livre, "La cartographie des Indes boréales" (Métailié), l'écrivain français domicilié en Suède raconte l'histoire d'un cartographe basque formé au Portugal. Son personnage sera témoin de la colonisation de la Laponie par les Suédois. Un récit au cœur de l'histoire de l'Europe.

"L'Europe n'est pas acquise"

"Auteure européenne", Hannelore Cayre ne se reconnaît pas dans ce qualificatif. L'écrivaine, actrice et réalisatrice place dans sa bibliothèque européenne idéale deux romans qui l'ont marquée mais qui n'ont pas une dimension européenne. Elle nous parle de "Peur", de Dirk Kurbjuweit (Delcourt) ainsi que de "L'été circulaire" de Marion Brunet (Albin Michel).
Elle partage avec nous sa vision de l'Europe. "On a l'impression que l'Europe est acquise, mais ce n'est pas le cas, comme on le voit avec le Brexit", explique-t-elle. Elle le revendique, aux élections pour le Parlement européen, elle votera vert. "C'est une Europe écologiste qui pour moi est fondamentale. D'ailleurs je ne tolère pas un autre vote que celui écologiste dans ma famille !", raconte la réalisatrice. Une idée qu'elle fait passer dans ses œuvres : "je suis en train d'écrire un nouveau roman qui parle d'environnement…", annonce-t-elle.

Un peu plus loin, le Parlement et la Commission appellent à voter tout court. Sur leurs stands, des badges revendiquent "cette fois je vote", leur slogan de campagne contre l'abstention en vue des éléctions du 26 mai prochain.

Retrouvez les informations sur la programmation de la scène Europe sur le site de Livre Paris.