Annie Ernaux, Mona Chollet, Pénélope Bagieu et Vanessa Springora deviennent actionnaires de la revue féministe "La Déferlante"

Ce média revendique 10 000 abonnés payants et plus de 70 000 exemplaires vendus en librairie depuis le premier numéro, sorti en mars 2021.
Article rédigé par franceinfo Culture avec AFP
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
L'écrivaine Annie Ernaux le 5 février 2023 lors d'un événement à l'Institut La Boétie, à Paris. (ALAIN JOCARD / AFP)

La jeune revue féministe accueille parmi ses nouvelles actionnaires Annie Ernaux, prix Nobel de littérature, l'essayiste Mona Chollet (Sorcières : la puissance invaincue des femmes), la dessinatrice Pénélope Bagieu (Culottées) et l'autrice Vanessa Springora (Le Consentement).

"Il était absolument nécessaire que le mouvement #MeToo soit relayé par un journal. (...) Pour moi, La Déferlante est vraiment une manière active de poursuivre la lutte", a expliqué Annie Ernaux, citée dans le communiqué de la revue.

Le média, qui veut "faire résonner davantage les idées féministes", souligne avoir lancé une campagne participative de collecte de fonds de 300 000 euros. Il invite ses lecteurs et lectrices à investir dans son capital social, pour faire face à un besoin de financement de près de 800 000 euros.

L'intersectionnalité au cœur du projet éditorial

Mi-revue, mi-livre, le trimestriel, cofondé il y a deux ans par quatre femmes (Marie Barbier, Lucie Geffroy, Emmanuelle Josse et Marion Pillas) se présente comme "la revue des révolutions féministes". Au cœur de son projet éditorial : l'intersectionnalité, qui dénonce le cumul des discriminations liées au genre, à la race, l'orientation sexuelle, la classe, l'apparence.

La Déferlante revendique 10 000 abonnés payants et plus de 70 000 exemplaires vendus en librairie depuis le premier numéro, sorti en mars 2021. Cette année, la revue féministe a compté une moyenne de 6 000 exemplaires vendus par numéro.

Récemment, la revue a lancé sa maison d'édition, en publiant un premier livre, La Fin des monstres du journaliste indépendant Tal Madesta. La Déferlante, dépourvue de publicité, est disponible par abonnement, en vente directe, notamment sur son site, et en librairie du fait de son format "mook", entre livre et revue.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.