Langue française : ne dites plus "dark store" mais "entrepôt relais" et remplacez "digitalisation" par "transformation numérique"

La Commission d'enrichissement de la langue française a proposé de nouveaux mots et expressions qui remplacent notamment des anglicismes.
Article rédigé par franceinfo Culture avec AFP
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min
La Commission d'enrichissement de la langue française a publié samedi 1er juillet au Journal officiel une liste de termes économiques et financiers qu'elle préconise. (ISABELLE ROZENBAUM / ALTOPRESS)

Une très bonne nouvelle pour les défenseurs de la langue de Molière. Ainsi, il ne faut plus dire "dark kitchen" ou "dark store", mais "restaurant tout en ligne" et "entrepôt relais", selon une liste de termes économiques et financiers préconisés par la Commission d'enrichissement de la langue française, publiée samedi 1er juillet au Journal officiel.

Un "restaurant tout en ligne" désigne une "entreprise de restauration qui prépare des plats exclusivement destinés à la livraison de commandes passées en ligne ou par téléphone", et le terme adopté par la Commission a vocation à remplacer "dark kitchen", "ghost kitchen", "ghost restaurant" ou "virtual restaurant".

L'"entrepôt relais", défini comme un "entrepôt secondaire d'une entreprise de vente en ligne, qui est implanté près des clients potentiels et dont les rayons sont disposés comme ceux d'une supérette afin de faciliter la tâche des préparateurs de commande", a de même vocation à remplacer le "dark store". Un décret considérant les "dark stores" comme des entrepôts, et non comme des commerces, permettant aux mairies de réguler leur activité, est entré en vigueur samedi 1er juillet en France.

A bas les anglicismes !

La Commission s'est aussi intéressée à la "finance verte", "ensemble des activités financières publiques ou privées qui sont destinées à contribuer à la protection de l'environnement et à l'amélioration des conditions environnementales", et à la "finance climatique", "ensemble des activités de finance verte qui sont destinées à lutter contre le changement climatique, à en atténuer les effets ou à s'y adapter". Parmi leurs outils, on préfèrera officiellement "obligation verte" et "obligation climatique" à "green bond" et "climate bond", des termes déjà largement utilisés.

Dans cette liste publiée au JO, on trouve aussi l'"entité ad hoc d'acquisition", ou "société d'acquisition à vocation spécifique (SAVS)", société "ad hoc introduite en Bourse par voie d'émission d'actions offertes au public en vue de sa cotation, qui est constituée afin d'acheter, au gré des occasions, une ou plusieurs entreprises non cotées et de les absorber". En français, il s'agit donc de remplacer par SAVS ce que les marchés financiers connaissent jusque-là sous le terme anglophone de SPAC ("special purpose acquisition company").

Une personne qui exerce en alternance ou cumule de façon habituelle plusieurs activités professionnelles de nature différente est officiellement qualifiée de "pluriactive" ("slasher" en anglais). Enfin, il ne faut plus parler de "digitalisation" ou de "transformation digitale", mais de "transformation numérique". "On trouve aussi, en ce sens, le terme 'numérisation', constate la Commission d'enrichissement de la langue française, qui définit le processus comme la "transformation d'une organisation, d'un secteur d'activité ou de pratiques économiques ou sociales par la mise en œuvre systématique de l'informatique connectée".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.