L'Institut du monde arabe accueille les "Aventuriers des mers, de Sindbad à Marco Polo"

L'Institut du monde arabe (IMA) devient, le 15 novembre, le port d'attache de tous les grands noms des aventuriers des mers, entre le VIIe et le XVIe siècle. 

Exposition \"Aventuriers des mers\" à l\'IMA. Le boutre Nizwa devant l\'Institut de monde arabe
Exposition "Aventuriers des mers" à l'IMA. Le boutre Nizwa devant l'Institut de monde arabe (IMA / THIERRY RAMBAUD)

A Paris, l’Institut du monde arabe accueille, à partir du 15 novembre et pour plus de trois mois, une exposition intitulée "Aventuriers des mers, de Sindbad à Marco Polo".

Les grands marins arabes à l’honneur

Sindbad est le plus connu de tous, passé à la postérité grâce au conte des Mille et Une Nuits. Les autres aventuriers ont pour nom Ibn Jubayr, Ibn Battûta ou encore Ibn Majid, considéré comme le plus grand navigateur arabe. Agnès Carayon, la commissaire de l’exposition, précise que "les Arabes ont une culture maritime millénaire". Pourtant, rappelle-t-elle, "l’imaginaire les associe aux dromadaires du désert. Or, ils ont vraiment participé de façon très active à la période qui a précédé les Grandes Découvertes".

La salle Vasco de Gama à l\'exposition \"Aventuriers des mers - De Sindbad à Marco Polo\" à l\'Institut du monde arabe du 15 novembre 2016 au 26 février 2017 à Paris
La salle Vasco de Gama à l'exposition "Aventuriers des mers - De Sindbad à Marco Polo" à l'Institut du monde arabe du 15 novembre 2016 au 26 février 2017 à Paris (RADIO FRANCE / Anne Chépeau)

Ces marins arabes et les grands navigateurs européens qui empruntèrent leurs routes, comme Marco Polo ou Vasco de Gama, racontent leurs aventures avec la complicité d’un comédien. "On a voulu que que ces témoins voyageurs guident le visiteur au fil de l’exposition", justifie Agnès Carayon.

La découverte de tant d'objets précieux

L’image et le son sont très présents dans cette exposition immersive. Dès la première salle, le visiteur est accueilli par une vidéo d’océan déchaîné. Au Moyen-Âge, les marins redoutaient la mer autant pour les tempêtes qu’ils devaient affronter que pour les créatures fantastiques censées la peupler. Grâce à l’évolution de la cartographie à laquelle une salle est consacrée, leurs voyages se font de plus en plus lointains. Ils en rapportent de très nombreuses marchandises : céramiques, objets en verre, en ivoire ou en argent. L’exposition présente des pièces exceptionnelles, en particulier une tenture marocaine du XVIe siècle.

L’exposition \"Aventuriers des mers - De Sindbad à Marco Polo\" présente des pièces exceptionnelles, en particulier une tenture marocaine du XVIème siècle.
L’exposition "Aventuriers des mers - De Sindbad à Marco Polo" présente des pièces exceptionnelles, en particulier une tenture marocaine du XVIème siècle. (RADIO FRANCE / Anne Chépeau)

La tenture est brodée de fils de soie dans des tons de rouge, de vert et de jaune. "Ces pièces étaient très prisées par les empereurs ottomans", précise la commissaire de l'exposition.

Dans quelques jours, l’exposition Aventuriers des mers se prolongera sur le parvis de l’Institut du monde arabe. Un boutre omanais de plus de trente mètres de long, en provenance du port-musée de Douarnenez, a pris la route la semaine dernière.

Ce bateau, le Nizwa, était attendu mardi 16 novembre à Paris, après un long voyage, une aventure, depuis le Finistère.

"Aventuriers des mers" à l'Institut du monde arabe : un reportage d'Anne Chépeau
--'--
--'--

Aventuriers des mers. De Sindbad à Marco Polo : une exposition à voir jusqu'au 26 février 2017 à Paris, à l'Institut du monde arabe.