Jeux : le retour en grâce du baby-foot

C'est le retour des jeux anciens, des jeux de bars qui nous rassemblent :  flippers, fléchettes et baby-foot. Nos cinq constructeurs français de baby-foot s'en sortent bien.

Faire une pissette, une brouillade, une gamelle ou alors un cendar, autant de coups qui agitent chaque soir dans ce café parisien les amateurs de baby-foot. Les règles sont nombreuses et leurs variantes aussi. C'est un euro la partie et onze balles pour la jouer. Dans les années 60, le baby-foot est le roi des troquets mais au fil du temps il disparaît. Les cafetiers le remisent par souci d'économie.

Un atout commercial

Trop bruyant, trop encombrant, il attire des joueurs, des clients qui ne consomment pas. Mais aujourd'hui, c'est justement ce qui fait du baby-foot un atout commercial. "La place qu'on perd, on la gagne en attirant des gens qui ne viendraient pas s'il n'y avait pas le baby-foot", explique Tom de Maistre, responsable du café "Le Mansart". Un renouveau qui s'opère désormais même en dehors des bistrots, dans des lieux insolites comme à la gare pour égayer l'attente des trains ou chez un opticien où il est un argument marketing.

Le JT
Les autres sujets du JT
C\'est le retour des jeux anciens, des jeux de bars qui nous rassemblent :  flippers, fléchettes et baby-foot. Nos cinq constructeurs français de baby-foot s\'en sortent bien.
C'est le retour des jeux anciens, des jeux de bars qui nous rassemblent :  flippers, fléchettes et baby-foot. Nos cinq constructeurs français de baby-foot s'en sortent bien. (France 2)