Cet article date de plus de sept ans.

Grâce à Pokémon Go, l'action de Nintendo a pris 59% en quatre jours

Les investisseurs estiment que le succès du jeu valide la stratégie de l'éditeur japonais de jeu vidéo.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
L'application "Pokémon Go" est une déclinaison du célèbre jeu vidéo dans le monde réel. (SAM MIRCOVICH / REUTERS)

Ils veulent tous attraper des actions Nintendo. Le titre du pionnier japonais des jeux vidéo Nintendo s'est encore envolé de près de 13%, mardi 12 juillet, à la bourse de Tokyo, à 22 840 yens (200 euros). Sur les quatre dernières séances, il a augmenté de 59%, grâce à la folie soudaine entourant l'application Pokémon Go sur smartphones.

Même si Nintendo n'est pas le développeur du jeu (il a juste apporté son soutien à sa filiale The Pokemon Company et au studio Niantic), les investisseurs estiment que ce succès phénoménal, survenu dès le lancement de Pokémon Go la semaine passée dans quelques pays seulement, va donner des ailes à Nintendo sur les mobiles.

Un nouveau chapitre pour l'éditeur ?

"Les ventes de Pokémon Go ne dopent pas directement les revenus de Nintendo. Il est donc naturel de penser que les investisseurs lorgnent sur d'autres facteurs qui pourraient bénéficier à Nintendo. Le succès de Pokémon Go augmente la crédibilité de la politique actuelle de Nintendo", explique Eiji Maeda, analyste chez SMBC Nikko Securities.

"Les investisseurs espèrent que Pokémon Go ouvrira un nouveau chapitre pour la croissance future de Nintendo", a ajouté Takashi Oba, courtier d'Okasan Securities. Nintendo a longtemps été réticent et n'a lancé sa première vraie application pour smartphones, le réseau social ludique Miitomo, en partenariat avec la société japonaise DeNA, qu'en début d'année. Quatre autres sont attendues d'ici à mars 2017 mais, avec Pokémon Go, l'image de Nintendo auprès des fanatiques de smartphones devrait gagner des points.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.