Cet article date de plus de huit ans.

Comment les Lego sont devenus de plus en plus violents

Des chercheurs néo-zélandais se sont rendu compte qu'il y avait de plus en plus d'armes dans les boîtes de jouets du fabricant danois. Ils expliquent pourquoi.

Article rédigé par Benoît Zagdoun
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Des figurines Lego le 2 avril 2016, à Saint-Louis, dans le Missouri (Etats-Unis). (MICHAEL B. THOMAS / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

"Les produits Lego ne sont plus aussi innocents qu'auparavant." Dans ses boîtes de jouets, le célèbre fabricant danois glissent de plus en plus d'armes au milieu de ses fameuses briquettes de plastique colorées. Telle est la conclusion d'une étude menée par une équipe de chercheurs néo-zélandais de l'université de Canterbury, publiée par la revue scientifique Plos One (en anglais). Voici ce que révèlent leurs travaux de recherche.

Des armes dans 3 boîtes sur 10

Lego fabrique des briques multicolores depuis 1949. Mais les premières armes ne sont apparues dans sa gamme de jeux que près de trois décennies plus tard, en 1978. Un jeu sur le thème du château a alors intégré des épées, des haches et des lances. Les Lego ont, "au fil du temps, fait montre d'une augmentation significative et exponentielle de la violence", selon l'étude. Le nombre d'armes a augmenté peu à peu et elles sont désormais présentes dans 30% des kits, selon les chercheurs.

  (FABIAN BIMMER / REUTERS)

De même, les chercheurs ont étudié les catalogues du fabricant entre 1973 et 2015. Ils ont découvert que les scénarios qui y sont présentés sont devenus de plus en plus violents. "Actuellement, environ 40% des pages contiennent un type ou un autre de violence, en particulier, les scénarios où figurent des tirs et des comportements menaçants ont augmenté au fil des ans", écrivent les scientifiques.

Dans une précédente étude, publiée en 2013, le chef de cette équipe de recherche avait déjà conclu que les personnages à l'expression chagrine avaient augmenté, au détriment des personnages souriants.

Lego suit la tendance générale du marché

Les chercheurs observent non seulement que les boîtes de jouets intègrent de plus en plus d'armes dans leurs pièces, mais aussi que les visuels réalisés pour en faire la promotion reproduisent des scènes violentes : vols, courses-poursuites, combats, batailles et affrontements en tous genres... Des armes de séduction massive pour les enfants de l'ère numérique. Les scientifiques expliquent que "pour attirer l'attention de leurs clients, les fabricants de jouets sont enfermés dans une course aux armements métaphorique". Le fabricant danois ne fait donc, selon eux, que refléter la tendance générale du marché.

Un porte-parole de l'entreprise justifie cette logique. "Le conflit fait partie intégrante du développement naturel d'un enfant", dit-il. Il ajoute que les armes sont présentées dans un contexte plus large, comme dans le but de sauver la planète, et que Lego tente "toujours d'utiliser l'humour quand c'est possible, car cela permet de réduire les niveaux de conflit". Il souligne aussi que la firme propose tout un spectre d'activités faisant appel à d'autres registres du jeu : la construction et l'imagination.

Une stratégie à succès depuis le début des années 2000

"La violence dans les produits Lego semble être allée au-delà du simple enrichissement du jeu", écrivent les chercheurs. Et voici aussi pourquoi. Lego s'est retrouvée au bord de la faillite en 2003-2004. L'entreprise était alors victime de la concurrence des jeux vidéos, mais aussi de l'échec de sa stratégie de diversification.

  (NICOLAS ARMER / DPA / AFP)

Mais le géant du jouet a su se réinventer. Il s'est concentré sur son cœur de métier : les briques à empiler. Surtout, il s'est associé aux studios hollywoodiens pour créer des collections adaptant les franchises de films à succès : la saga Star WarsLe Seigneur des anneaux, Indiana Jones mais aussi Harry Potter ou les super-héros de Marvel et DC Comics, comme Iron Man et Batman. Autant de films dans lesquels les scènes violentes tiennent une grande place. Mais le résultat est là : en 2015, le groupe a ainsi annoncé sa onzième année de croissance consécutive.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.