Braquage, accidents, fuite de données : huit fois où les utilisateurs de "Pokémon Go" ont eu de mauvaises surprises

L'application mobile crée un véritable engouement depuis son lancement, le 5 juillet dernier. Mais certains utilisateurs ont aussi eu quelques mésaventures...

Un Américain joue au jeu \"Pokémon Go\" dans les rues de Palm Springs (Californie, Etats-Unis), le 11 juillet 2016.
Un Américain joue au jeu "Pokémon Go" dans les rues de Palm Springs (Californie, Etats-Unis), le 11 juillet 2016. (SAM MIRCOVICH / REUTERS)

Avec Pokémon Go, vous pouvez attirer les Pokémon... et les ennuis. Depuis le lancement du jeu de réalité augmentée sur mobile, plusieurs utilisateurs ont dû faire face à des mésaventures plus ou moins graves. Intrusion de joueurs dans un jardin privé, découverte de cadavres ou encore problème avec les employeurs, la chasse aux Pokémon s'avère parfois compliquée. Francetv info revient sur les improbables mauvaises surprises rencontrées par les utilisateurs de Pokémon Go.

Des craintes pour les données personnelles des joueurs

Pendant que vous attrapez des Pokémon, l'application capture-t-elle vos données personnelles ? Un ingénieur américain, spécialisé dans la cybersécurité, a lancé l'alarme sur Tumblr, estimant que les utilisateurs qui se connectaient au jeu avec leur compte Google donnaient l'autorisation à son éditeur de prendre le contrôle total de leur compte, et donc de lire leurs e-mails, consulter leur historique internet ou accéder à leurs documents ou leurs photos stockés sur Google Drive.

Mais depuis, cet ingénieur, Adam Reeves, a concédé ne pas être "sûr à 100%" de ce qu'il avançait, et ne pas avoir testé la véracité de ses accusations, simplement fondées sur la formulation, il est vrai inquiétante, de Google, qui parle de donner "le contrôle total" du compte à Pokémon Go. Niantic, l'éditeur du jeu, assure n'avoir consulté aucune information autre que des renseignements biographiques sur les joueurs, et a mis à jour l'application pour corriger le malentendu.

Des chasseurs font constamment intrusion dans un jardin privé

Depuis le lancement de Pokémon Go aux Etats-Unis, le 7 juillet dernier, Boon Sheridan voit constamment débarquer des dizaines d'inconnus dans son jardin. Et pour cause : dans l'application, sa maison est devenue un centre d'entraînement et de combats pour Pokémon.

Ces "arènes" pour Pokémon se trouvent normalement dans les lieux publics. La maison de Boon Sheridan, une ancienne église désacralisée de Holyoke (Massachussetts, Etats-Unis), a été identifée par erreur comme telle, explique le Washington Post (en anglais).

Jusqu'ici, l'expérience a été plutôt positive : l'Américain raconte avoir discuté avec plusieurs chasseurs de Pokémon pendant son week-end. La clôture qui entoure son jardin empêche également les amateurs du jeu de s'installer toute une journée sur sa pelouse.

Boon Sheridan compte toutefois contacter Niantic, l'éditeur du jeu, pour demander que l'arène soit déplacée à un autre endroit de la ville ou que des horaires restrictifs soient mis en place. "Niantic gère un lieu virtuel mais, si quoi que ce soit se passe, c'est moi qui vais gérer les répercussions, explique-t-il au Washington Post. J'aurais le coeur brisé si j'apprenais que quelqu'un a été blessé devant ma maison."

Un employé fan de Pokémon menacé de licenciement

"Nous vous payons pour travailler, pas pour chasser des personnages virtuels de jeux vidéos avec votre portable toute la journée." Ce message, déposé sur le bureau des employés d'une entreprise américaine, résume à lui seul le ras-le-bol de certains employeurs depuis le lancement de Pokémon Go"Jouez pendant votre pause ou votre déjeuner, poursuit la note, repérée par Mashable (en anglais). Sans quoi vous aurez beaucoup de temps, sans travail, pour 'tous les attraper'."

Selon le magazine Time (en anglais), de nombreux employeurs risquent de voir leurs salariés se concentrer sur leur chasse de Pikachu plutôt que sur leur travail. "Les gens peuvent devenir accros à ces jeux, explique un expert au magazine. Pour certains, il va être difficile de savoir quand s'arrêter."

Les tribunaux australiens sont assaillis de joueurs

En Australie, Pokémon Go ne pose pas uniquement problème sur le lieu de travail. Le ministère de la Justice de la Nouvelle-Galles du Sud a posté un message sur Twitter, mardi 12 juillet, en demandant aux utilisateurs d'arrêter de rentrer dans les palais de justice pour chasser des Pokémon. 

"Aller au tribunal n'est pas un jeu : les dresseurs de Pokémon Go devraient chercher leurs créatures virtuelles ailleurs", rappellent les autorités australiennes. Et tant pis si Pikachu se trouve dans le tribunal le plus proche.

Certains joueurs ont des accidents

Ils sont prêts à tout pour "tous les attraper", comme le dit la devise du jeu. Les utilisateurs de Pokémon Go ne s'arrêtent jamais de jouer, même lorsqu'ils se trouvent en voiture ou à vélo, note 20 MinutesRésultat, plusieurs accrochages ont déjà eu lieu sur les routes américaines.

La police du Tennessee a diffusé un message d'avertissement sur Twitter, en espérant convaincre les utilisateurs de l'application d'attendre d'être à l'arrêt pour partir à la chasse aux Pokémon. "Garez-vous. Et là, [vous jouez], rappellent les forces de l'ordre. N'utilisez pas d'applications mobile en conduisant. Pikachu peut attendre."

D'autres utilisateurs se sont déjà blessés en utilisant l'application, faute de regarder où ils vont. "A peine 30 minutes après la sortie [de Pokémon Go], j'ai glissé et je suis tombé dans un fossé, a expliqué un utilisateur de Reddit, cité par le Washington Post (en anglais). Je me suis fracturé le pied, j'en ai pour 6 à 8 semaines pour me rétablir."

Une faculté de médecine de l'Arizona, anticipant d'autres accidents de ce type, a envoyé un e-mail de mise en garde à tous ses étudiants. "Approchez les Pokémon avec prudence et pensez à lever le nez de votre écran pour éviter de trébucher ou de rentrer dans quelque chose", prévient la direction. L'éditeur du jeu diffuse un message similaire dans l'application.

Un joueur préfère capturer des Pokémon qu'aller aux urgences

La police de Forest Grove, dans l'Oregon, a rencontré un amateur de Pikachu particulièrement impliqué dans son jeu. Les forces de l'ordre sont intervenues après avoir reçu un appel concernant un jeune homme blessé par un coup de couteau, dimanche 10 juillet. Il s'était rendu dans une épicerie pour acheter des chips et de la bière, mais aussi pour... capturer un Pokémon, indique Oregon Live (en anglais).

Le blessé a pu décrire son assaillant, qui l'a attaqué un peu plus tôt dans la soirée dans une rue de Forest Grove. La victime a refusé d'être soignée, selon la police. Le jeune homme de 22 ans préférait en effet reprendre sa chasse aux Pokémon.

Une utilisatrice découvre un cadavre au lieu de Pokémon

Shayla Wiggins pensait attraper de nouveaux Pokémon aquatiques en se rendant au bord d'une rivière, à Riverton (Wyoming, Etats-Unis), vendredi 8 juillet. La jeune femme de 19 ans a toutefois fait une découverte macabre. "Je marchais le long de la rivière lorsque j'ai vu quelque chose dans l'eau, explique-t-elle à un média local, County 10 (en anglais)J'ai regardé à nouveau et j'ai compris qu'il s'agissait d'un corps."

"C'était vraiment choquant, a confié Shayla Wiggins à County 10. Je ne savais pas vraiment quoi faire au début. Mais j'ai appelé la police et elle est arrivée rapidement." La jeune fille, "effrayée", explique avoir pleuré pendant "un moment" après cet incident.

Le corps, celui d'un homme, a passé moins de 24 heures dans la rivière, indique Mashable (en anglais). "La mort semble être accidentelle et pourrait être due à une noyade, a précisé la police du comté de Fremont. Il n'y a aucune preuve qu'il s'agisse d'un crime". L'enquête est toujours en cours.

Des braqueurs utilisent le jeu pour attirer leurs victimes

Ils sont bien plus inquiétants que la Team Rocket. Un groupe de braqueurs armés a utilisé Pokémon Go pour attirer ses victimes à O'Fallon, dans le Missouri, rapporte le Guardian (en anglais). "Les braqueurs ont pu trouver le lieu où se trouvaient leurs victimes et déterminer s'ils étaient isolés", grâce à l'outil géolocalisation de l'application, selon la police d'O'Fallon.

Cette fonctionnalité, qui signale sa position aux autres joueurs, permet également d'indiquer où se trouvent les Pokémon. Quatre jeunes, âgés de 16 à 18 ans, ont utilisé cet outil pour agresser et voler de l'argent à une dizaine de personnes ces derniers jours, à O'Fallon mais aussi à Saint-Louis et à Saint Charles (Missouri). Ils ont été interpellés durant le week-end et mis en examen pour vol, indique la police d'O'Fallon. 

"Si vous utilisez Pokémon Go ou une autre application de ce type (...) soyez prudents lorsque vous indiquez aux autres utilisateurs où vous vous trouvez", mettent en garde les forces de l'ordre, après cette série d'incidents.