Jeux vidéo : l'avenir de la célèbre saga "Halo" menacé par les licenciements chez Microsoft ?

La semaine dernière, Microsoft annonçait la suppression de 10 000 emplois dans ses rangs, dont un nombre important dans la branche Xbox, particulièrement chez 343 Industries, le studio en charge de la saga de jeux vidéo Halo. Une décision à même d’ébranler l’avenir du jeu.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
La sage culte "Halo" dans sa version série diffusée depuis 2022. (CANAL+)

Les fans de la série de jeux vidéo Halo, produit star de la console Microsoft Xbox, sont aux aguets. Après le licenciement par Microsoft de 4,5% de ses 220 000 employés (soit 10 000 personnes), le pôle jeu vidéo de l'entreprise a dû faire face à des difficultés. Les studios The Coalition (Gears 5) et Bethesda (Starfield) ont été concernés par cette vague de licenciement. Mais c'est le studio 343 Industries, propriété de Microsoft qui supervise le développement de la franchise Halo, qui demeure le plus touché par cette décision prise en raison d'une "mauvaise conjoncture économique".

Une situation délicate pour le studio

Avant l'annonce des suppressions de postes, 343 Industries connaissait de multiples problèmes en interne, qui avaient eux-mêmes influé sur le développement d'Halo Infinite, dernier jeu de la saga en date. En 2022, Bonnie Ross, fondatrice du studio, avait quitté le navire pour des raisons personnelles tout comme David Berger, directeur technique sur Halo Infinite

Une soixantaine d’employés sur les 450 qui travaillaient chez le studio auraient donc récemment été remerciés. Une situation complexe pour un studio qui avait déjà, par le passé, encaissé des départs importants. De ces remous commençaient à sourdre de nombreux bruits de couloirs concernant un potentiel abandon de 343 Industries aux manettes d'Halo Infinite, et par extension de la saga Halo.

Pour couper court aux rumeurs, Pierre Hintze, responsable de la filiale des Xbox Game Studios, s'est exprimé, rassurant les fans de la licence avec un court tweet : "343 Industries continue à développer Halo dans le présent et dans le futur, y compris pour des histoires épiques, du multijoueur et d’autres contenus".

Halo, maman bobo ?

Mais le studio 343 Industries est également au centre de l'attention depuis que d'anciens employés pointent du doigt le management chaotique et parfois abusif des équipes. Patrick Wren, ancien designer qui a travaillé avec le studio, dénonce "un leadership incompétent" dans un tweet fourni.

"Les licenciements chez 343 n’auraient pas dû se produire et Halo Infinite devrait être dans un meilleur état. La raison de ces deux choses provient d’un leadership incompétent pendant le développement de Halo Infinite, ce qui a causé un énorme stress chez ceux qui ont travaillé dur pour faire que ce Halo soit le meilleur possible. Les gens avec qui je travaillais tous les jours étaient passionnés par Halo et voulaient faire quelque chose de génial pour les fans. Ils ont aidé à faire pression pour obtenir un meilleur Halo et ils ont été licenciés pour cela", déclare Patrick Wren.

Malgré la situation délicate que connaît le studio de Microsoft, c'est donc bien ce dernier qui reste en charge de la saga Halo. Pour rappel, c'était dans le but d'assurer son développement qu'il avait été à la base créée en 2007. Malgré ce récent démenti, rien n'exclut cependant la possibilité que 343 Industries se mette en retrait pour superviser le travail d'autres studios sur Halo, ce qui entraînerait une perte possible de cohérence sur la ligne éditoriale de la saga. Une crainte des fans qui reste pour le moment sans réponse.

En ce qui concerne l'avenir de la franchise, deux facteurs viendront principalement peser dans la balance : les potentielles retombées des nombreux licenciements engrangés par Microsoft dans les équipes, et la gestion des nouveautés à apporter à Halo Infinite que les joueurs attendent avec impatience. Le temps nous le dira.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Jeux Vidéo

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.