"Mettre l'art dans l'espace public" : avec le Voyage à Nantes, les artistes contemporains s'approprient les rues de la ville

Le Voyage à Nantes expose pendant deux mois une multitude d'oeuvres d'art contemporain. Cette année, le festival démarre samedi 8 août et dure jusqu'au 27 septembre.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
le lieu unique, HUMANITÉ VÉGÉTALE, MARIO DEL CURTO – HONG KONG, JARDIN CRÉATIONNISTE, CHINE, 2015 (MARIO DEL CURTO)

De l'eau tombant en cascade sur l'Opéra, un lit à baldaquin qui flotte dans un canal ou un sexe féminin arrosant une fontaine : le Voyage à Nantes expose pendant deux mois une multitude d'oeuvres d'art contemporain dans les rues de la cité des Ducs. "On s'est interdit les thématiques parce qu'elles sont contraignantes, en fait la thématique, c'est interpréter cette ville", explique Jean Blaise, le directeur artistique du festival qui démarre samedi 8 août et dure jusqu'au 27 septembre.

Pour "mettre l'art dans l'espace public", chaque été, des places et bâtiments de Nantes et sa région sont investis par les artistes avec des constructions souvent monumentales, dont une partie reste à demeure après l'événement. Au total, le parcours comprend une vingtaine de nouvelles étapes, parmi lesquelles on remarque aussi les bottes de trois mètres de haut de Lilian Bourgeat et les sculptures fondues dans la végétation de Jean Jullien. 

La déambulation mènera cette année sur la place Graslin où le théâtre du XVIIIe siècle a été recouvert d'une cascade par Stéphane Thidet, qui avait introduit six loups dans les douves du château des Ducs de Bretagne pour le festival Estuaire, dont a découlé le Voyage à Nantes, rendez-vous annuel depuis 2012.

"Rideau", Stéphane Thidet, Place Graslin, Le voyage à Nantes. Esquisse. (STÉPHANE THIDET)

Cascade et Manneken-Pis

"Il y avait l'idée de garder, comme ce qu'on trouve derrière les cascades, cette légende que les trésors se trouvent derrière les tombées d'eau", a expliqué l'artiste qui a baptisé l'oeuvre Rideau, car il entend jouer sur l'image du rideau de théâtre avec ces trombes d'eau tombant à grand fracas. Le rideau "masque le bâtiment et en même temps le rend vivant", ajoute-t-il, précisant que l'eau utilisée forme une boucle pour éviter toute déperdition. Un peu plus loin a été installée la sculpture Fontaine, créée par Elsa Sahal en 2012, qui évoque le Manneken-Pis de Bruxelles.  Cette structure en grès rose représente le bas d'un corps féminin en train d'uriner debout et "correspondait bien à l'espace de la fontaine de la place Royale", a estimé Jean Blaise.

ELSA SAHAL, FONTAINE, 2012. PARCOURS HORS LES MURS DE LA FIAC AU JARDIN DES TUILERIES, PARIS. (DENIS AMON)

Le Voyage à Nantes, qui attire habituellement quelque 650 000 visiteurs, a été décalé d'un mois par le coronavirus qui n'entravera pas son déroulement puisque la plupart des oeuvres sont en extérieur comme les grands bustes immaculés installés sur l'île de Nantes par Nathalie Talec. "J'ai une obsession pour le blanc dans ce qu'il convoque d'aveuglement, de cécité", a expliqué l'artiste à propos d'In a Silent Way qui représente deux jeunes filles portant l'une un masque de réalité virtuelle, et l'autre un casque audio. Nathalie Talec a voulu montrer "une figure un peu générique, un peu hors du temps, qui est tout sauf cynique".

Des robots créateurs de rêve

Dans le même quartier récemment sorti de terre, l'oeuvre Psellion de l'île est aussi amenée à rester : il s'agit d'un métaséquoia de 20 mètres, qu'on peut appeler "arbre fossile, car jusqu'en 1941, on pensait cet arbre disparu" avant qu'il ne soit retrouvé en Chine, explique l'artiste Evor. Autour de l'arbre acheminé en convoi exceptionnel depuis une pépinière néerlandaise, Evor a construit un muret pour inviter à la contemplation, suggérant qu'on puisse voir dans son oeuvre un "personnage mythologique".

PSELLION DE L’ÎLE, EVOR, PRAIRIE AU DUC, LE VOYAGE À NANTES, ESQUISSE (PHILIPPE PIRON / Evor)

Certains artistes se sont aussi vu proposer la possibilité d'exposer en plusieurs lieux comme Martine Feipel et Jean Bechameil avec leur oeuvre en béton et céramique, Les Brutalistes, qui sera utilisée comme four à pain, et leur exposition Automatic Revolution. Cette dernière met en scène des objets animés par des robots d'usine reprogrammés pour "faire quelque chose de non productif" et montrer "qu'au lieu de créer des choses pour la consommation, on peut créer du rêve", a expliqué Martine Feipel. Un lit à baldaquin très coloré flottant sur un canal, des tranches de pain devenues étagères ou encore un lustre ébranlé par un mécanisme le faisant trembler à intervalle régulier constituent par ailleurs l'univers de Vincent Olinet, qui cherche à "casser l'attente" que l'on a des objets.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.