Festival de Cannes : "Mascarade", un casting cinq étoiles pour railler les frasques bourgeoises de la Côte d'Azur

Présenté hors compétition à Cannes, le dernier film de Nicolas Bedos met en scène Isabelle Adjani, Pierre Niney, Marine Vacth, Emmanuelle Devos ou encore Charles Berling dans une satire rythmée qui épingle les frénésies liées à l'argent et à la luxure sur la Côte d'Azur. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Malgré leur différence d'âge, le tandem formé Pierre Niney (33 ans) et Isabelle Adjani (66 ans) fonctionne à merveille. (PATHÉ)

Il y a quelque chose de truculent à venir présenter lors du prestigieux Festival de Cannes un film qui vient précisément cibler l'ensemble de clichés que l'on peut associer aux fastueuses activités de la Croisette. Et c'est cette ironie assumée qu'aime tant manier Nicolas Bedos, lui qui avait déjà livré son irrévérencieux OSS 117 : Alerte Rouge en Afrique Noire lors la clôture de l'édition 2021, en juillet dernier.

Dans Mascarade, on suit les histoires entremêlées de plusieurs personnages associés au milieu de la bourgeoisie azuréenne, comme Martha (Isabelle Adajni), une actrice sur le retour qui entretient Adrien (Pierre Niney), un jeune danseur forcé de stopper sa carrière en raison d'une blessure à la jambe. Celui-ci profite de la fortune et de l'égocentrisme de l'ancienne star de cinéma pour monter une combine avec Margot (Marine Vacth), sa flamboyante maîtresse dont il va vite tomber amoureux. Leurs manigances vont notamment embarquer Simon (François Cluzet) dans un tourbillon sentimental et cupide où tous les coups semblent permis.

Une longue débandade

Pour son quatrième long-métrage en tant que réalisateur, Nicolas Bedos s'est offert un casting de haut vol qui caricature idéalement les sphères bourgeoises de la région niçoise. Le tandem entre Pierre Niney, 33 ans, et Isabelle Adjani, deux fois plus âgée que lui, fonctionne à merveille et symbolise à lui seul l'ensemble des excès d'un milieu où chaque personnage développe ses propres névroses. Mention spéciale à Marine Vacth (également à l'affiche de Novembre présenté à Cannes) en irrésistible séductrice, qui apporte à elle seule le piquant et les rebondissements attendus dans ce genre de film.

Comme son nom l'indique si bien, Mascarade propose son lot de situations à la fois comiques et dramatiques, en suivant un rythme soutenu et toujours accompagné d'une bande-originale savamment orchestrée pour tenir le spectateur en haleine. Mais avec sa narration très hachée sur fond de procès (un format aller-retour très en vogue dans les séries américaines) impliquant l'ensemble des personnages, on peine parfois à suivre les différentes temporalités de cette joyeuse débandade, aussi emballante qu'elle peut être confuse.   

Pendant 2h22, on se plaît à admirer les somptueux paysages du Sud-Est de la France et à rire des déboires des uns et des autres, même si le film s'enfonce parfois dans des longueurs inutiles qui alourdissent l'ensemble. Les airs de déjà-vu de son scénario vont susciter une certaine exigence de la part du public, et certains regretteront sûrement un twist final un peu trop prévisible pour marquer totalement les esprits. 

La fiche

Genre : comédie dramatique
Réalisateur : Nicolas Bedos
Acteurs : Isabelle Adjani, Pierre Niney, Marine Vacth, Emmanuelle Devos
Pays : France
Durée : 2h22
Sortie : 1er novembre
Distributeur : Pathé Distribution

Synopsis : Adrien, un séduisant danseur à la carrière brisée par un accident de moto, dilapide sa jeunesse dans l’oisiveté de la Côte d’Azur, entretenu par Martha, une ancienne gloire du cinéma. Sa vie bascule lorsqu’il rencontre Margot, fascinante créature qui vit d’arnaques et de manipulations amoureuses. Ensemble, ils vont fantasmer une vie meilleure et mettre en place un stratagème diabolique, une mascarade sentimentale.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Culture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.