RéfleXion(s) : Strasbourg réinvente ses illuminations estivales

Publié
FTR
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture

Les traditionnelles illuminations estivales de la cathédrale de Strasbourg sont de retour. Un spectacle de mapping qui enchante le public. Mais cette année, place aux nouveautés avec des concerts tous les week-ends et une déambulation dans le centre-ville. À découvrir jusqu'au 28 août. 

La magie opère toujours sur le parvis de la majestueuse cathédrale de Strasbourg. Le bâtiment a remis ses habits de fête et de lumières pour les traditionnelles illuminations estivales qui transforment les nuits de la cité jusqu'au 28 août. Le spectacle RéfleXion(s) promet un voyage féerique pendant une dizaine de minutes, tous les soirs dès la nuit tombée. 

Des concerts au pied de la cathédrale

Mais cette année, les organisateurs ont vu les choses en plus grand. Des nouveautés qui ravissent déjà les habitués et les touristes de passage en ce début d'été. Chaque vendredi et samedi soir, des groupes viennent jouer en live au pied de la cathédrale, pour rendre le spectacle de sons et lumière encore plus magique. Un show sans cesse renouvelé car des artistes différents se succèdent chaque soir

Autre nouveauté de cette édition, les six installations à découvrir dans les rues autour de la cathédrale. Des jeux de vibrations et de lumières pour inviter le public à la réflexion et la rêverie. "On avait déjà un peu engagé cette notion de circulation et de parcours. Mais c'est la première fois qu'elle est autant incarnée avec une complémentarité d'oeuvres interactives. Ce sont à chaque fois des propositions originales qui permettent la rencontre et l'échange", précise Guillaume Libsig, adjoint à la maire de Strasbourg en charge des animations urbaines. 

Chaque soir à la nuit tombée, et jusqu'au 28 août, habitants et touristes sont donc invités à prendre part à la féerie pour une déambulation dans la ville et un spectacle magique sur le parvis de la cathédrale. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.