"Mondo Dernier Cri" : les graphistes underground secouent le Musée des Arts Modestes de Sète

Une rétrospective qui revient sur 26 ans de créations underground. 

L\'une des créations de l\'exposition Mondo Dernier cri à Sète
L'une des créations de l'exposition Mondo Dernier cri à Sète (France 3 Languedoc-Roussillon J. Escafre / J. Morch / Dernier cri / MIAM Sète)

Installé depuis 1995 à la Friche Belle de Mai de Marseille, le collectif "undergraphique" Le Dernier Cri a investi le Musée International des Arts Modestes (MIAM) de Sète pour une exposition événement Mondo Dernier Cri qui regroupe des artistes venus du monde entier. Une rétrospective sur 26 ans de créations à découvrir jusqu'au 20 septembre. 

Des contenus variés, estampes, livres, affiches, pochettes de disques... pour une activité foisonnante en marge du marché de l'art traditionnel. Cette exposition dense est l'occasion pour le public de découvrir ce monde de l'underground. Ici, les artistes ne cherchent pas à préserver l'âme, les yeux ou les oreilles du visiteur. Les images sont crues, les couleurs parfois criardes, le propos sans concessions et les messages politiques. Vous découvrirez un condensé de 26 ans de créations "C'est tout ce qui m'a nourri ou perverti depuis 26 ans" explique Pakito Bolino, commissaire de l'exposition. 

Un chaos dernier cri

Les artistes du collectif, "des gens qui pratiquent le dessin comme des moines bénédictins, enfermés chez eux à faire des enluminures" selon Pakito Bolino ."Moi ce qui m'interesse c'est de rendre tout cela visible, et de le mélanger dans un chaos Dernier Cri !". Un monde à découvrir, donc, dans le bel écrin du MIAM, le Musée international des arts modestes fondé par les artistes Hervé Di Rosa et Bernard Belluc en 2000.