Le domaine de la Roche-Jagu dans les Côtes-d'Armor se métamorphose sous le regard de douze artistes contemporains

Jusqu'au 3 octobre 2021, ces œuvres contemporaines se déploient subtilement au sein du château et des jardins et donnent au site un nouveau visage emprunt de poésie.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Dulse de Guillaume Castel - Château de la Roche-Jagu - 2021.  (Brigit Ber)

Cet été, le domaine de la Roche-Jagu fait la part belle à l'art contemporain. Douze créateurs bretons ont installé leurs œuvres dans le château et ses jardins.

Intitulée Métamorphoses, regards d'artistes, l'exposition invite le visiteur à rêver et à imaginer un monde où la créativité et la poésie offrent un nouveau récit.

Expo métamorphose

Le langage de la transformation

Ils ont chacun leur vocabulaire et leur matériau de prédilection. Avec de la peinture, du métal ou du bois, à travers des photographies, des dessins, des sculptures, ces artistes invités par le domaine de la Roche-Jagu, ont tous créé une œuvre spécialement pour cet écrin singulier. Chacun raconte à sa manière sa vision de la métamorphose.

Parmi eux, Sylvain Le Corre fabrique des volumes, tente d’assembler ses productions pour évoquer des paysages fantastiques. "Ma relation à la nature environnante est un point de départ. J’y prélève des éléments parfois réels, mais qui sont des amorces de rêveries que j’incarne en cherchant chaque fois un langage, une nouvelle iconographie pour mieux comprendre, mieux analyser ce que j’ai choisi d’avoir sous les yeux", décrit-il à propos de sa démarche artistique. 

Sans titre (4) détail, aquarelle, 75 x 105cm, 2017. Sylvain Le Corre (Sylvain Le Corre)

Autre artiste inspirée par la thématique de la transformation, Céline Borne qui pratique depuis l'enfance la chasse aux trésors sur les plages de l'Atlantique. La plasticienne se penche sur les traces laissées par les hommes en mer. "Elle va ramasser les tissus échoués sur les plages qui semblent insignifiants, elle les récupère et elle ne les transforme pas. Elle les laisse sécher puis elle les met en forme pour travailler autour de la mémoire et imaginer des histoires autour de ça", rapporte Laurence Rigaut, médiatrice culturelle Domaine de la Roche-Jagu. 

Série "Disparition" de Cécile Borne (STEPHANE CUISSET)

Dans chaque pièce du château surgit un nouvel univers. Tout en couleurs, les peintures de Matthieu Dorval s'inspirent d'un texte d'Ovide pour parler des mutations du monde. Au départ, il y avait le ciel, la terre et la mer. "On est dans un module pour évoquer le monde aquatique. Dans ce triptyque on a justement l'évocation du monde de l'eau et de toutes ces particules qui peuvent s'entrechoquer pour cette création initiale", détaille encore la médiatrice.

"Météores" de Matthieu Dorval (France 3 Bretagne)

La nature pour inspiration

La déambulation onirique se poursuit dans le parc du château avec le collectif des Concasseurs. Sylvain Descazot et Mathieu Lautrédoux développent depuis 2013 un travail de recherche questionnant les territoires qu’ils explorent. Ils exploitent les matières organiques et minérales comme trame à la mise en oeuvre d’objets sérigraphiés puis de volumes manufacturés.

"Balis.e". Installation sur sept espaces du parc par Les Concasseurs  (S.Cuisset)

A voir aussi la très belle oeuvre de Sophie Prestigiacomo et Régis Poisson. Intitulée Transition, cette succession de cocons de différentes dimensions reliés les uns aux autres crée un lien entre la terre et la mer, sorte de chapelet de cocons aériens et organiques, ils symbolisent la diversité des métamorphoses possibles dans chaque écosystème.

"Transition" de Sophie Prestigiacomo et Régis Poisson (Sophie Prestigiacomo et Régis Poisson)

La sculptrice Corinne Cuénot, quant à elle, invite le visiteur à observer le temps qui passe, qui abîme et qui parfois détruit. Son oeuvre, intitulée Forme de l'eau, parle des corps, de leur fragilité et de leurs métamorphoses. Entièrement réalisé à base de fils de fer, son travail s’apparente souvent à du tissage. Chacun y verra la précision de la dentellière ou de l’araignée. 

Forme de l'eau, Corinne Cuénot, exposition "Métamorphose" Domaine départemental de la Roche-Jagu, 2021 (STEPHANE CUISSET)

"Métamorphoses, regards d'artistes"
Domaine départemental de la Roche-Jagu
jusqu'au 3 octobre 2021,
22 260 Ploëzal 
Tarifs : 6 et 4 euros

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers En régions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.