Irène Frain : retour à Lorient, socle de son "tropisme indien"

Un mois après la sortie de son nouveau roman "Je te suivrai en Sibérie" (éditions Paulsen), Irène Frain revient à Lorient point de départ de son envol.

Irène Frain à Lorient
Irène Frain à Lorient (N. Rossignol / C. Bazille / France Télévisions)

Irène Frain a la Bretagne au coeur. Née à Lorient, cette grande voyageuse aime à revenir où tout a commencé où son goût pour l'Asie est venu de cet ancien port de la Compagnie des Indes. La romancière aime arpenter le rivage de l'Armor Plage et profiter des embruns venus du large. "Je retrouve ici l'enfance, le sable un peu grumeleux et surtout les rêveries dans les vagues.."

C'était un monde facilement enchanté parce que les plaisirs étaient rares dans les milieux populaires. On n'était pas du tout blasés donc on pouvait créer de l'imaginaire avec n'importe quoiIrène Frain

Rêveries d'ailleurs

Dans son enfance, le "rêve ultime" d'Irène Frain c'était une petite île posée dans la rade de Lorient qu'elle rêvait d'atteindre à la nage. "Un ailleurs avec un grand A". La romancière a couché sur le papier une partie de son enfance bretonne dans La maison de la source en 2000 et La côte d'amour en 2001.

Les souvenirs se ramassent à la pelle. Surtout les souvenirs gourmands du cornet de glace à la vanille acheté devant l'église Notre Dame de l'Armor, la sainte patronne des marins de la rade de Lorient. Ou encore les crêpes du jeudi faites par sa mère et dégustées dans une épicerie voisine.

Le tropisme indien

Souvenirs aussi de cette exposition sur le site militaire de l'Enclos du Port, haut lieu de la Compagnie des Indes au 17ème siècle. Une visite qui l'a marquée.

J'ai vu les Indes à travers ce que ma mère disait. Pour moi elles étaient violettes, somptueuses et dorées. Il en a résulté mon tropisme indienIrène Frain

Ce n'est donc pas un hasard si c'est son premier livre, un ouvrage historique, Quand les Bretons peuplaient les mers paru en 1979, qui a fait connaître Irène Frain au public

Depuis, la romancière éprouve "un attachement viscéral à Lorient". Revenir ici c'est revenir sur ses fondations, dans ce port siège de ses premières émotions, de ses premiers rêves : "Toute sa vie, l'aliment d'un écrivain, c'est ses émotions premières, ses rêves d'enfance. Pour moi c'est une colonne vertébrale".

Irène Frain, "Je te suivrai en Sibérie" (Editions Paulsen) sorti le 19 septembre