En attendant de retrouver la scène, le guitariste de jazz manouche Antonio El Titi travaille sur un nouvel album

Antonio El Titi est un guitariste de jazz manouche de grande renommée. Un artiste de scène qui a mis le confinement à profit pour travailler chez lui, à Marseille, sur un nouvel album. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le guitariste de jazz manouche El Ttit enregistre un nouvel album à Marseille (France 3 Provence-Alpes)

Antonio El Titi est une star de la guitare manouche. Sur scène il accompagne notamment Thomas Dutronc, Kendji, Pascal Obispo et bientôt Yuri Buenaventura. Entouré de ses amis musiciens, il développe aussi des projets en solo, comme ce nouvel album festif qu'il enregistre en ce moment. 

Rencontre avec le guitariste El Titi

Dans sa caravane transformée en studio d'enregistrement, Antonio El Titi tourne un peu en rond. Cet artiste, issu d’une famille gitane de Malaga, vit pour la scène. Et il lui tarde de retrouver l'ambiance des concerts et des festivals. "La scène c'est mon terrain de foot" explique-t-il. "C'est là où je me défoule, où je prends du plaisir, que je communique avec le public. Pour moi, le live c'est le meilleur rendu de la musique".

Autodidacte et virtuose de la guitare

Autodidacte, il a appris très jeune à jouer de la guitare, inspiré par de nombreux artistes. El Titi a sorti un premier album en 2011, Disfruto Flamenco, et collabore à de nombreux projets

Comme tous les artistes, la crise sanitaire a mis fin à ses rêves de scène et de tournée. Alors c'est chez lui, du côté de Marseille et entouré de sa bande de musiciens, qu'il travaille à un album, aux accents latinos et festifs. "Ma musique tournera toujours autour de la musique latino. C'est ce que je sais faire de mieux. Mais ça ne m'empêche pas de jouer avec des groupes de jazz ou de classique Je m'adapte, je suis un caméléon", dit en rigolant cet artiste discret mais de grand talent. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers En régions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.