De Dieppe à Blois, tour d’horizon des petits festivals qui résistent au coronavirus

Ils ont décidé de ne pas annuler. Nous avons sélectionné pour vous une liste de festivals qui, malgré les contraintes sanitaires, ont fait le choix de maintenir leurs éditions.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Les organisateurs du festival du film canadien de Dieppe ont maintenu la manifestation qui se tient jusqu'au 23 août.  (F. Bollez / France Télévisions)

Des Vieilles Charrues à Avignon, les plus grands festivals de l’été ont jeté l’éponge face au Covid-19. Mais certaines manifestations plus modestes tiennent bon.

Le 7e festival du film canadien se déroule en ce moment à Dieppe. Prévu initialement en avril, en plein confinement, il a été reporté à ce week-end. Un maintien qui n’a pas été si simple. "Ca été difficile pour nous", reconnait Ben Collier, organisateur du festival. "On s’est demandé jusqu’au bout si on allait pouvoir le faire parce que les conditions sanitaires et même les mesures préfectorales changent pratiquement de jour en jour".  

Pas de village, pas de séances en plein air pour ne prendre aucun risque avec la santé des festivaliers, l’édition 2020 se déroule donc entièrement à l’intérieur du cinéma Grand Forum dans des conditions sanitaires particulières (port du masque obligatoire, distanciation sociale entre les cinéphiles qui ne se connaissent pas...). "Mais on a bien fait", se réjouit Ben Collier, "car il y a beaucoup de monde qui achète des pass". Un public au rendez-vous pour découvrir dix nouveaux films canadiens dont sept en compétition. Le jury, composé notamment de Fabienne Thibeault, est cette année présidé par le chanteur-compositeur québécois Daniel Lavoie.

Des artistes heureux de retrouver la scène

A Blois, le festival Des Lyres d’été bat son plein depuis le 18 juillet. Concerts, théâtre, spectacles de rue et séances de cinéma, il y en a pour tous les goûts. Cette 14e édition a bien sûr été modifiée par rapport à son concept initial. Un format plus court, moins de spectacles, une programmation uniquement basée à Blois… les organisateurs ont dû s’adapter pour respecter les règles sanitaires. Des efforts salués par les artistes programmés sur le festival qui, pour certains, n’ont pas joué depuis des mois.

C’est notamment le cas du groupe de musique alternative Stuffed Foxes qui aurait dû se produire sur la scène des iNOUïS, si le Printemps de Bourges n’avait pas été annulé. "On a beaucoup de dates qui sont tombées et c’est une des seules qui est restée", nous explique Léo Dumoulin, membre du groupe (synthé). "Cela fait 5 mois qu’on n’a pas joué, ça nous fait tous très plaisir d’être ici", renchérit le guitariste Germain Guilbault. Le festival refermera ses portes le 29 août en apothéose avec fanfares, batucadas, concert live salsa et groove tropical…dans le plus strict respect des consignes sanitaires.

Un public en manque

En Bourgogne-Franche-Comté, le public du festival Y'a pas la mer ne cache pas sa joie de renouer avec le spectacle vivant, après des mois sans sorties culturelles. "Avec mes amis, nous sommes des accros au spectacle vivant", nous raconte un spectateur. "Cette année, nous avons été sevrés de spectacles. Ca nous manquait beaucoup". Et même masqué, le plaisir est toujours là. "C’est une contrainte, c’est un fait. Mais c’est quand même important de pouvoir sortir", nous confie une autre spectatrice. Y'a pas la mer devrait faire des heureux tout le week-end avec des lectures et des projections en plein air jusqu’à dimanche. Un concert du groupe Borruto Family clôturera le festival.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.